My week with Marilyn ****

Publié le 22 Mars 2012

my-week-with-marilyn_michelle_williams.jpgDe Simon Curtis

 

Au début de l'été 1956, Marilyn Monroe se rend en Angleterre pour la première fois. En pleine lune de miel avec le célèbre dramaturge Arthur Miller, elle est venue tourner Le Prince et la danseuse, le film qui restera célèbre pour l'avoir réunie à l'écran avec Sir Laurence Olivier, véritable légende du théâtre et du cinéma britanniques, qui en est aussi le metteur en scène.

Ce même été, Colin Clark, 23 ans, met pour la première fois le pied sur un plateau de cinéma. Tout juste diplômé d'Oxford, le jeune homme rêve de devenir cinéaste et a réussi à décrocher un job d'obscur assistant sur le plateau.

 

 

Voici un film que j'attendais avec impatience : d'abord parce que ses nominations et récompenses aux Golden Globes et aux Oscars ont attisé ma curiosité, ensuite parce que voir une actrice se frotter au rôle du mythe Monroe est éminemment intrigant.

 

C'est donc bien évidemment sur Michelle Williams que repose tout entier le pari du film. Toute en fêlures et spontanéité, elle campe une Marilyn fragile, en recherche constante d'approbation, dépassée par une célébrité qui repose sur sa simple image, sans cesse prête à basculer.

 

La prestation lumineuse et attachante de Michelle Williams éclipse sans conteste celle de ses partenaires, pourtant fort honorable, à commencer par le jeune Eddie Redmayne, découvert dans le série Les Piliers de la Terre, et le toujours impeccable Kenneth Branagh. Ce film est aussi l'occasion de découvrir la jeune Emma Watson dans son premier rôle post Harry Potter. Si elle ne dépare pas dans le casting, il est cependant difficile de s'en faire une idée plus précise tant il s'agit d'un petit rôle. Parmi les autres rôles secondaires, je tenais également à signaler Julia Ormond, que l'on voit assez peu ces dernières années, en Vivien Leigh vieillissante, et Judi Dench, toujours fantastique.

 

Un film à la fois fragile et drôle, qui réserve de beaux moments, en réussissant à nous faire rentrer dans l'intimité de Marilyn tout en préservant l'aura de son héroïne.

Commenter cet article

Rémy 02/04/2012 09:35

Yes ! j'ai vu hier le lancement de ce film à la télé. L'actrice est belle, mais ce n'est pas Marilyn (d'ailleurs personne ne peut être Marilyn et ce n'est pas le but du film). Ce qui est
interessant c'est de découvrir la double, voire triple personnalité de l'actrice. AU fait, je vois que tu lis Pêcheur d'Islande. Je l'ai "écouté" la semaine dernière et je trouve que ces romans ne
correspondent plus à mes attentes, en particulier à cause de la longueur des descriptions. Notre culture de l'image y est sans doute pour quelque chose !

akialam 05/04/2012 13:50



Je ne l'ai pas encore chroniqué (c'est pour aujourd'hui ou demain normalement) mais justement, c'est le côté très poétique des descriptions de la mer et de la côte bretonne qui m'a beaucoup plu.
:)