Affiche du film Le discours de Laurent Tirard

Un film de Laurent Tirard 

Sortie le 9 juin 2021

Coincé à un repas de famille qui lui donne des envies de meurtre, Adrien attend. Il attend que Sonia réponde à son sms et mette fin à la « pause » qu’elle lui fait subir depuis un mois. Et voilà que Ludo, son futur beau-frère, lui demande de faire un « petit » discours pour le mariage ! Adrien panique. Mais si ce discours était finalement la meilleure chose qui puisse lui arriver ?

 

Quelques semaines avant Noël, j'attendais avec impatience la réouverture des cinémas pour aller voir Le Discours. Dans l'ambiance anxiogène qui étendait son ombre jusqu'à la perspective des fêtes de fin d'année, une comédie m'apparaissait - à défaut d'une solution miracle - comme une distraction bienvenue. Les cinémas n'ont, on le sait, pas rouvert encore avant de longs mois, mais ce film est resté en tête de mes priorités une fois les salles rouvertes. Et ce fut le premier, dès que l'occasion s'est présentée. 

Ce qui me donnait envie d'aller voir cette comédie tout particulièrement - il y en avait d'autres, me direz-vous - c'est que j'aime beaucoup le jeu de Benjamin Lavernhe. Il y a cinq ans, je l'avais découvert dans Rupture pour tous, puis suivi pendant les confinements dans les rediffusions de la Comédie française. C'est un comédien formidable - comme tous ceux de cette troupe mythique, d'ailleurs - mais je venais de siphonner les saisons d'Un Entretien où il incarne un directeur des ressources humaines très, très névrosé, un type de personnage dans lequel je le trouve particulièrement drôle. Et quand j'ai vu la bande annonce du Discours, il m'a semblé que le potentiel névrotique et comique du personnage principal était fort prometteur. 

Image du film Le discours de Laurent Tirard

Adaptée de l'ouvrage du même nom de Fabrice Caro, cette histoire nous plonge dans la vie d'un trentenaire en pleine crise. Son couple se délite, et il peine à s'y retrouver, face à ce que sa compagne a appelé "une pause". Entre tristesse, incompréhension, jalousie, il revient mentalement sur tous leurs moments ensemble. Mais que s'est-il passé ? Comment ont-ils pu en arriver là ? Il imagine tous les scénarii, se fait tous les nœuds au cerveau possibles.

Il en est là, à cogiter intérieurement au cours d'un énième repas de famille, copié-collé de tous les précédents, auquel il ne fait - comme d'ordinaire - qu'assister d'une oreille distraite. C'est alors que son futur beau-frère lui demande de prononcer un discours à leur mariage. 

Image du film Le discours de Laurent Tirard

Et là, notre anti-héros se met à dérailler complètement!  Habitué aux stratégies d'évitement du conflit, maladroit, il passe en revue toutes les solutions jusqu'aux plus inimaginables pour éviter la tâche qu'on lui a confiée. 

N'ayant pas lu le livre, je ne peux pas me prononcer sur la ressemblance précise entre ce dernier et le film, mais j'ai cru comprendre que le principe de rendre le flot des pensées a été respecté. Beaucoup de voix off, du face caméra : on vit les scènes à travers le ressenti du personnage principal. 

Image du film Le discours de Laurent Tirard - Avec Benjamin Lavernhe

J'ai ri un peu, surtout souri. Les névroses, les maladresses, ça marche toujours au cinéma. Mais quelque chose dans le rythme général m'a décontenancé. J'ai eu du mal à rester dans le film : mais c'est le vrai discours ou celui qu'il imagine celui-là ? C'est qui, elle, déjà? Quelque chose m'a échappé en cours de route. Et l'émotion, qui à la fin aurait dû m'étreindre, est tombée à plat. 

Les comédiens sont impeccables, et beaucoup de choses sont vraies, dans les non-dits du quotidien au sein des familles. Vous savez, ces choses, parfois très petites, qu'on ne supporte plus mais qu'on tolère quand même, par politesse, ou crainte de transformer un détail en un sujet de discorde. 

Image du film Le discours de Laurent Tirard - Avec François Morel

Globalement, j'ai passé un bon moment avec ce Discours, mais - effet d'attente, peut-être? - j'ai moins ri qu'escompté. Restent quelques scènes mémorables, mais isolées, des situations familières et de très bons comédiens dont les efforts sont sapés par un rythme qui ne m'a pas vraiment emporté. Et j'en suis la première désolée !  

La note tout à fait subjective et qui n'engage que moi 3/5

 

 Avec Benjamin Lavernhe, Sara Giraudeau, Kyan Khojandi, Julia Piaton, François Morel, Guilaine Londez
ACHETER 
Le livre qui a inspiré le film
Films de Laurent Tirard
Films avec Benjamin Lavernhe

Cet article contient des liens affiliés

Retour à l'accueil