Un film de Steven Spielberg 

Disponible en DVD / Blu-ray / 4K Ultra HD

Le coup de foudre frappe le jeune Tony lorsqu'il aperçoit Maria lors d'un bal en 1957 à New York. Leur romance naissante contribue à alimenter la guerre entre les Jets et les Sharks, deux gangs rivaux se disputant le contrôle des rues.

 

 

 

West Side story a doublement de quoi figurer parmi mes oeuvres favorites :  elle satisfait à la fois mon amour de la comédie musicale et mon obsession pour Roméo et Juliette. Si je n'ai pas encore pu découvrir la comédie musicale originelle sur scène - j'ai loupé à grand regret la production du Châtelet en 2016 - la version ciné de 1961 fait partie de mes classiques.  

Alors lorsque j'ai vu que Spielberg - cinéaste talentueux s'il en est - projetait d'en faire un remake, j'ai été comme souvent partagée entre l'envie de le découvrir, et la crainte d'être déçue. Quand on estime autant une oeuvre, toute comparaison est rapidement périlleuse. 

Mais fallait-il donc un remake ? Voici une question trouvée sous la plume de nombreux journalistes, souvent chez ceux qui n'ont pas aimé cette nouvelle version, d'ailleurs. Rappelons pour commencer qu'il ne s'agit pas à proprement parler d'un remake : le West Side Story de Spielberg n'est pas une nouvelle version du film de 1961, mais bien une adaptation de la comédie musicale qui l'avait inspiré. Les deux films ont donc bien puisé aux mêmes sources mais le second n'est pas une copie du premier.

Pour ma part, et sans plus de suspense, j'aimais beaucoup le film de 1961, et j'aime tout autant celui de 2021 ! D'abord, il y a la musique de Berstein, que je ne me lasse pas de réécouter - ancienne et nouvelle version confondues. Elle m'avait déjà beaucoup marquée lorsque j'avais découvert le premier film, avec des morceaux d'anthologie qui comptent parmi mes favoris de l'histoire de la comédie musicale. Dans la version de Spielberg, cette musique prend des intonations un peu différentes sous la baguette de Gustavo Dudamel, dont l'enthousiasme pour Berstein n'est plus à prouver (il n'y a qu'à revoir cette vidéo où il dirige l'orchestre symphonique Simon Bolivar dans le Mambo de West Side Story pour s'en convaincre). 

Mais quelles différences, alors ? Dans le West Side Story de Spielberg, les comédiens sont également ceux qui interprètent les chansons - ce qui n'était pas le cas de tous dans l'ancienne version - c'est peut-être anecdotique pour de nombreux spectateurs, mais cela fait partie des choses auxquelles j'accorde une importance particulière, surtout lorsqu'on adapte une oeuvre d'après une comédie musicale créée d'abord pour la scène. 

D'autre part, certaines situations ont été modernisées comme le regard sur les quartiers défavorisés, la place des femmes, la haine de "l'autre", mais d'une façon assez subtile pour offrir un contexte crédible sans pour autant devenir le centre du propos. Parfois, certains airs ont été donnés à d'autres personnages, ce qui en déplace intelligemment le propos, pour mieux s'insérer dans la nouvelle version de l'histoire. 

Enfin, le personnage de Tony a été étoffé. Admettons-le, déjà, le Roméo de Shakespeare manquait parfois un peu de substance. Sans vouloir tout révéler, j'ai beaucoup aimé le fait que le personnage ait plus de vécu : sa volonté d'apaisement et son espoir dans un avenir meilleur s'inscrivent dans une maturité durement acquise.  

Tous les personnages sont interprétés très justement, mais Anita - qui pour moi était déjà le personnage le plus intéressant dans le premier film -  crève ici l'écran. Elle est parfaite : L'énergie, l'intensité de son interprète, la complexité de ses sentiments, tout y est. Ses tenues sont également les plus spectaculaires, sublimées d'un jupon rouge qui pourrait bien devenir iconiques.  

Il y aurait encore tellement de choses dont je vous pourrais vous parler pour attester de mon engouement pour ce film. En résumé, il m'a autant enthousiasmé et ému que le premier, avec en supplément cette curieuse impression de découvrir pour la première fois une oeuvre pourtant familière. 

Finalement, la question n'est pas de la nécessité ou la pertinence de refaire un film sur la même histoire. Après tout, se pose-t-on la question pour le théâtre ou l'opéra ? Dans le spectacle vivant, il est naturel de proposer de nouvelles versions, de nouvelles mises en scènes, dans une constante réinterprétation de l'oeuvre originelle. Et pourquoi pas au cinéma aussi ?

Il est peut-être temps d'arrêter d'opposer anciennes et nouvelles versions, pour les voir simplement comme des oeuvres différentes. On a le droit de préférer l'une à l'autre. Pour ma part, je prendrai un plaisir égal à les revoir toutes deux. Sans doute le West Side Story de Spielberg fera-t-il référence chez de jeunes spectateurs qui l'ont découvert en premier. Et c'est tant mieux : l'essentiel est que l'émotion et la magie du spectacle soient au rendez-vous.

La note tout à fait subjective et qui n'engage que moi 5/5

 

Avec : Ansel Elgort, Rachel Zegler, Ariana DeBose, David Alvarez, Mike Faist, Brian d'Arcy James, Corey Stoll, Josh Andrés Rivera, Rita Moreno
ACHETER 
West Side Story (2021) DVD / Blu-ray / 4K Ultra HD
West Side Story (2021) Bande originale
DVD West Side Story (1961)
Retour à l'accueil