À la Grande Halle de la Villette 

Du 28 mai au 19 décembre 2021 

 

Le 5 mai 2021 marquait la date bicentenaire de la mort de Napoléon Ier. Autour de cet anniversaire, de nombreuses expositions ont fleuri un peu partout: Napoléon n'est plus - autour de la mort de l'empereur - et Napoléon ? Encore - parcours d'art contemporain - au Musée de l'Armée Hotel national des Invalides ; Un palais pour l'empereur au Château de Fontainebleau ; et bien sûr, la grande Exposition Napoléon à la grande Halle de la Villette qui sera le sujet de cet article. Cette dernière, repoussée pour cause de crise sanitaire, a finalement ouvert ses portes le 25 mai dernier.

Rarement personnage historique aura été à la fois aussi adulé et détesté que Napoléon : sujet de fascination autant que de controverse, le premier empereur des Français demeure une figure incontournable de l'histoire de l'Hexagone et de l'Europe, et l'un des personnages français les mieux identifiés partout dans le monde. 

Exposition Napoléon - Grande halle de la Villette Paris - Portraits de Napoléon

Le parcours de cette exposition, présenté chronologiquement, nous emmène de l'école militaire de Brienne - où le jeune Bonaparte est envoyé dès l'âge de 10 ans pour se former à la carrière des armes - au décès de l'empereur en exil, sur l'île de Sainte-Hélène. 

Entre ces deux jalons, le visiteur est invité à suivre les traces du jeune général Bonaparte - grade acquis à 24 ans dans le chaos de la Révolution française - lors de la campagne d'Italie où il commence à forger sa légende. Puis direction l'Egypte : une campagne militaire donc l'échec est éclipsé par le succès de la campagne scientifique qui l'accompagne, la folie égyptomaniaque qui s'empare des arts décoratifs à son retour et la naissance de l'égyptologie. 

Exposition Napoléon - Grande halle de la Villette Paris - Peinture de la bataille des pyramides

Suivent le coup d'Etat, le Consulat puis l'Empire. C'est le moment des grandes réformes, dont une partie subsistent encore à l'heure actuelle. Education, commerce, économie, religion, politique, justice, arts : Napoléon a laissé son empreinte dans presque tous les domaines. 

L'exposition ne manque pas de souligner qu'il doit au départ ménager les instances représentatives encore en place - le pays restera officiellement une république, même lorsqu'il deviendra empereur - puis que son pouvoir se fait progressivement de plus en plus autocratique. 

Exposition Napoléon - Grande halle de la Villette Paris

L'exposition s'attarde ensuite sur le sacre - avec le grandiose tableau de David -  et les attributs visibles du pouvoir. Les symboles choisis, les costumes de cérémonie, les ressemblances et différences symboliques avec les rois de France. Mais aussi le maintien d'une constante politique : pour assurer la stabilité du nouveau régime - et de sa dynastie - il faut à Napoléon un héritier. 

Après un mariage d'amour avec Joséphine, Napoléon se résigne donc au divorce, puis à un mariage politique avec Marie-Louise d'Autriche en 1810. Cette union, scellée après la défaite autrichienne de Wagram, porte ses fruits avec la naissance l'année suivante d'un fils, titré roi de Rome. 

Exposition Napoléon - Grande halle de la Villette Paris

La suite du parcours s'intéresse plus particulièrement à Napoléon en tant que chef de guerre, avec la présentation d'uniformes - dont l'icônique sihouette de Waterloo - de la tente de campagne de l'empereur avec d'autres objets liés aux champs de bataille. 

Ce qui m'a le plus impressionné, toutefois, c'est la vidéo tirée du film Le colonel Chabert d'Yves Angelo. Les charges de cavalerie étaient particulièrement redoutées pour leur violence inouïe : les récits mentionnent souvent le grondement au lointain qui enfle en se rapprochant, le sol qui tremble, terrorisant les soldats avant même qu'il n'aperçoivent les chevaux lancés à pleine vitesse. Ces descriptions, je les ai lues en étudiant l'histoire, mais cet extrait de film leur donne vie avec une saisissante mise en images. 

Exposition Napoléon - Grande halle de la Villette Paris

La dernière partie de l'exposition se penche sur les années de déclin, l'exil, et la mort de Napoléon. On y rappelle comment cet exil lui-même a continué à nourrir le mythe, avec les innombrables récits et mémoires qui s'y intéressent.

Pour ma part, il y a une pièce qui m'a ému un peu plus que les autres. Il s'agit du célèbre masque mortuaire de l'empereur. Face à de tels objets ma relation à la mort autant qu'à l'histoire se trouvent interrogés : ils rendent plus réels que jamais des personnages que j'ai l'habitude d'imaginer avec une certaine distance. 

Exposition Napoléon - Grande halle de la Villette Paris - Masque mortuaire de Napoléon

Cette exposition Napoléon a résolument été conçue pour le grand public, dans le meilleur sens du terme. Alliant pièces majeures et pédagogie, le parcours de visite évoque les actions de Napoléon dans de nombreux domaines - militaire, juridique, économique, politique, religieux, artistique, architectural - sans pour autant éluder ni les sujets plus controversés, ni les questions qui résonnent plus spécifiquement chez le visiteur d'aujourd'hui.

On y évoque par exemple le rétablissement de l'esclavage, les relations avec la communauté juive, la réalité des champs de batailles, les relations avec les civils en temps de guerre, ou encore la place des femmes.

Une exposition très bien conçue, qui permet d'y voir un peu plus clair sur un grand nombre de sujets, au-delà du mythe, des simples clichés et de la récupération politique de quelque bord qu'elle soit. 

La note tout à fait subjective et qui n'engage que moi  4,5/5

ACHETER 
Billets pour l'exposition
Catalogue de l'exposition
Journal de l'exposition
Connaissance des Arts Hors-série
Autres produits culturels sur Napoléon
Livres jeunesse

Cet article contient des liens affiliés

Retour à l'accueil