De Gérard Audinet 

Aux éditions Paris Musées - Maisons de Victor Hugo Paris / Guernesey 

disponible à la vente 

Si Hugo n’a guère voulu montrer ses dessins de son vivant, des artistes phares ont depuis reconnu son audace, tel André Breton, qui y vit « des tableaux où la plus puissante imagination se donne cours ». Les Maisons de Victor Hugo, Paris / Guernesey, conservent aujourd’hui plus de sept cents feuilles, parmi lesquelles de très nombreux chefs-d’œuvre. Gérard Audinet, leur directeur, s’attache ici à suivre pas à pas, année après année, l’intense fièvre graphique du poète, faisant de cette étude une véritable monographie. Cet ouvrage dévoile l’incroyable fécondité et la pleine liberté d’un écrivain dessinateur dont les yeux et la plume ne cessèrent de fouiller l’obscurité.

 

Vous le savez si vous êtes un(e) habitué(e) de ce blog, je ne résiste pas à tout ce qui a trait à Victor Hugo. Depuis l'adolescence, avec la découverte de ses drames et dans une moindre mesure, de sa poésie, j'entretiens une relation de groupie inconditionnelle avec Totor, sans toutefois pouvoir me féliciter d'avoir lu tous ses écrits. Ni même la moitié d'ailleurs : son oeuvre est tellement vaste que je la découvre par fragments, y revenant sans cesse, redécouvrant à chaque fois la modernité, la force et la beauté de ses textes.

Alors forcément, lorsqu'on m'a proposé il y a quelques mois de découvrir l'ouvrage Victor Hugo, Dessins, je n'ai pas hésité un seul instant ! 

Au fil des années, j'ai peu à peu pris connaissance de l'existence des dessins, et surtout des lavis exécutés par Victor Hugo. Ce qui m'a marquée, d'emblée, c'est l'impression de fantasmagorie qui s'en dégage. Une façon de jouer avec l'ombre et la lumière, de créer des effets d'orages et de brouillard, d'en faire se détacher forteresses et villages en ruines très particulière. Une esthétique, qui, a bien y réfléchir, n'est pas si étonnante venant du chef de file du romantisme. 

En lisant ce très beau livre, toutefois, j'ai été marquée par l'ampleur de cette oeuvre de dessinateur : car dans ce domaine, comme dans l'écriture, Victor Hugo a été prolifique. Il y a tout d'abord les caricatures, comme celles qu'il exécute pour ses enfants. Un des exemples les plus émouvants est ce feuillet où l'écrivain a esquissé deux figures que sa fille chérie Léopoldine a entrepris d'imiter. 

Puis, il y a les carnets de voyages et les lettres qu'il envoie à chacune de ses étapes, où il croque paysages, ruines, ou burgs pittoresques. A une époque où la photographie, si elle existe en tant qu'invention, n'est pas encore démocratisée, ces dessins témoignent à la fois des périples de l'écrivain et  des sources d'inspirations dans lesquelles il puise pour alimenter son oeuvre écrite. 

Au fur à mesure des années, la technique et les sujets d'Hugo dessinateur s'élargissent, et l'imagination se mêle de plus en plus au réel. On passe du crayon au lavis d'encre, avec cette esthétique si particulière que l'on appelle ténébrisme : les formes semblent émerger de l'obscurité la plus profonde.

Mais Hugo étant Hugo, il ne s'arrête pas là. D'année en année, il varie les techniques, les matières, expérimente sans cesse : il fait des tâches d'encre, découpe des caches, gratte, utilise plumes, crayons, pinceaux, allumettes, suie. Il explore également les formats, allant des minuscules d'à peine quelques centimètres de côté, à de grandes feuilles destinées à rivaliser avec la peinture. 

Le dessinateur se fait même décorateur lorsque, en exil, il aménage Hauteville House, à Guernesey. Il dessine, tant pour concevoir que pour expliquer sa vision aux artisans qui réalisent les travaux. Rien n'échappe à son appétit créateur : meubles, cadres, et même fonds de tiroirs témoignent de son entreprise ainsi que d'un talent de coloriste que l'on n'aurait pas soupçonné au vu de ses oeuvres précédentes. 

Tous les aspects de l'oeuvre graphique de Victor Hugo des plus connus aux plus insoupçonnés, sont donc explorés dans ce bel ouvrage.

Précisons que Victor Hugo, Dessins a été édité sous deux formats : une version ordinaire, et une version luxe, présentée dans un coffret incluant une lithographie. 

L'exhaustivité de ce beau livre le destine principalement à deux types de lecteurs : ceux qui comme moi sont passionnés par Victor Hugo, pour découvrir ou approfondir une facette méconnue de ses talents ; ou ceux qui, férus de dessin, appréhenderont en détail les subtilités techniques évoquées dans l'ouvrage.

Toutefois, puisqu'il s'agit ici d'oeuvres graphiques, et malgré l'expertise développée par Gérard Audinet - directeur des Maisons de Victor Hugo -  je crois que nous pourrions ajouter un troisième type de lecteur : celui qui ouvrira le livre, intrigué par les dessins, et qui picorera le texte, curieux simplement d'en savoir davantage. 

 

La note tout à fait subjective et qui n'engage que moi  4,5/5

ACHETER 
Victor Hugo, dessins - Edition courante
Victor Hugo, dessins - Edition Luxe avec lithographie
Sélection d'oeuvres de Victor Hugo

Cet article contient des liens affiliés

Retour à l'accueil