Monstres academy ****

Publié le 12 Juillet 2013

De Dan Scanlon

 

Même quand il n'était qu'un tout petit monstre, Bob Razowski rêvait déjà de devenir une Terreur. Aujourd'hui, il est enfin en première année à la prestigieuse université Monstres Academy, où sont formées les meilleures Terreurs. Son plan de carrière bien préparé est pourtant menacé par sa rencontre avec James P. Sullivan, dit Sulli, un vrai crack qui a un don naturel pour Terrifier. Aveuglés par leur désir de se prouver l'un à l'autre qu'ils sont imbattables, tous deux finissent par se faire renvoyer de l'université. Pire encore : ils se rendent compte que s'ils veulent que les choses aient une chance de rentrer dans l'ordre, ils vont devoir travailler ensemble, et avec un petit groupe de monstres bizarres et mal assortis... 

 

 

On a beau dire, mais pour autant que j'aime les Disney, je trouve que la firme à la souris a tout de même gagné en maturité depuis son association avec Pixar. L'esprit est différent, la magie souvent un peu moindre, mais les films tout aussi réjouissants !

 

Ici, nous retrouvons nos amis de Monstres et compagnie avant leurs aventures avec Bouh, lors de leurs années d'université. On y retrouve tous les clichés de ce thème récurrent du cinéma américain, le côté "monstres" en plus : les confréries, l'ambiance campus, les rivalités entre populaires et losers. On rigole, on frémit avec les personnages, et on poursuit avec eux ce rêve d'enfance.

 

Au delà des gags qui fonctionnent, de personnages haut en couleur et de l'ambiance franchement sympathique qui plane sur l'ensemble du film, la grande surprise est tout de même la morale finale. Sans vouloir spoiler la fin, il s'agit d'une morale assez étonnante, du moins pour un spectateur français - sans doute beaucoup moins pour un américain. Quelque chose de très positif et plein d'espoir en ces temps de crise. Sans doute pas un hasard.

Commenter cet article