L'esprit de famille ****

Publié le 27 Août 2013

De Janine Boissard

aux éditions du livre de poche

 

 

 

Ce livre est une invitation. Parents et adolescents, et aussi tous ceux qui souffrent de la solitude, sont conviés à venir se chauffer au feu de cette famille, à partager ses problèmes, à rire beaucoup avec elle, à pleurer parfois, mais toujours à s'y sentir bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est des livres qui ne brillent pas pas leur récit, mais par leur capacité à retranscrire des impressions et à nous plonger dans des ambiances. Esprit de famille est de ceux-là.

 

Au sein de cette famille, quatre personnalités très différentes ont su trouver leur place et s'épanouir : celle de chacune des quatre soeurs. Avec un père docteur et une mère au foyer, il y flotte un air des Quatre filles du docteur March, roman d'ailleurs évoqué à plusieurs reprises. Le récit débute dans un moment que de nombreux parents regrettent : alors que toute la famille est encore réunie dans la maison que les aînées n'ont pas encore quittée. La narratrice, Pauline, troisième de cette sororie haute en couleurs est une jeune femme sensible, aux sentiments complexes, qui s'éveille à ses premières amours et nous décrit d'une plume alerte toute l'agitation qui règne à la Marette, la maison familiale bruissant de désaccords et de confidences.

 

Sur un fond de roman d'apprentissage - le fameux passage à l'âge adulte - l'auteur nous invite dans cette famille aimante et protectrice. Comme partout, on s'y chamaille, mais on y vit surtout ensemble bonheurs et coups durs, on s'y serre les coudes en toutes circonstances et on s'y console. C'est tout le bonheur de ce livre : faire sentir la façon dont cette famille est, pour ses membres, un refuge, où tous les problèmes finissent par trouver une solution. 

 

De nous quatre, Claire, vingt et un ans, est l'aînée et la plus belle. Longue et blonde comme une héroïne de roman, des yeux bleus transparents, des pieds fins que je lui envie. On lui reproche de ne pas les avoir sur terre; elle rétorque qu'elle se sent bien là ou elle est et entend y rester, à bon entendeur salut ! Pour lui faire le caractère, on l'a surnommée "la princesse"; quand on s'est aperçu que ça lui plaisait énormément, c'était trop tard : le pli était pris.

Jusqu'à huit ans, Bernadette, la seconde, faisait pipi debout dans l'espoir de devenir un garçon; elle s'est résignée à son état à condition de ne pas porter de jupe et d'emprunter les pipes de Papa. Le cheval est sa passion. Une semaine après avoir obtenu son bachot, elle vendait ses livres d'occasion pour s'acheter des bottes et s'engageait comme palefrenier. Le dimanche, elle accompagne les promenades: "Les Parisiens", dit-elle avec mépris. Elle est à peine payée mais peut monter Germain, son cheval favori, quand ça lui plaît. Plus tard, elle aura son propre manège à elle. Je crains que la cravache ne caresse surtout les mollets des clients.

Commenter cet article

Edelwe 05/03/2014 14:47

Une saga que j'ai adorée!

akialam 05/03/2014 22:20

Je n'ai pas encore eu le temps de lire les suivants. Mais ça viendra!

La Garçonnière de Hélène Grémillon 22/10/2013 07:30

En voilà un roman sympathique et familial à découvrir. C'est très passionnant!

akialam 19/11/2013 20:47

j'espère qu'il te plaira !

FT 09/09/2013 18:54

Bonjour Akialam! J'ai retrouvé dans ce livre beaucoup d'émotions de ma propre famille, de ce mélange de bonheurs et de difficultés que représentent les enfants. Quatre enfants, l'aîné bientôt sur le départ, et le quotidien de chacun qui s'entremele avec celui de tous, difficile parfois de se retrouver seul. Mais on retrouve ce qu'on a vécu soi-même avec ses frère et soeur quand j'étais enfant, ce qui aide beaucoup à être père... A bientôt, bonne journée Akialam!