X-men - le commencement

Publié le 6 Juin 2011

x-men-le-commencement-affiche.jpgDe Matthew Vaughn



Avant que Charles Xavier et Erik Lensherr n'endossent les identités de Professor X et de Magneto, ils étaient deux jeunes homme qui découvraient leurs pouvoirs. Avant d'être ennemis, ils étaient amis. Ils travaillaient ensemble et avec d'autres mutants afin de combattre la plus grande menace que le monde ait connu. Au cours de cette aventure, quelque chose va les opposer, et la guerre éternelle entre eux va commencer...

 

 

 


Un film sur la jeunesse des chefs des deux camps X-men opposés, Magneto et Professeur X. Pour toute personne non initiée, cette phrase n'a aucun sens. Pour celles-là, donc, je veux bien préciser que les X-men en question sont des humains que des mutations génétiques (pour la plupart issues d'une évolution naturelle) ont doté de super-pouvoirs. Schématisons un peu : d'un côté, il y a les gentils du professeur X), qui pensent que mutants et humains ordinaires peuvent apprendre à vivre ensemble. De l'autre, il y a les méchants de Magnéto), qui ont éprouvé le rejet voire la violence des humains ordinaires, qui estiment que les mutants sont une race supérieurement évoluée, et qu'il doivent donc annihiler ces humains (au même titre que les hommes de Néanderthal se seraient fait zigouiller par leur cousins Sapiens).

Mais pour l'instant, nous n'en sommes pas là. Le professeur X est encore le tout jeune Charles Xavier, mais déjà télépathe, et le futur Magnéto Erik Lensherr prisonnier d'un camp d'extermination nazi où ses gardiens ne tardent pas à mesurer tout le potentiel de son contrôle des objets métalliques. Le spectateur découvre alors leur évolution, et ce qui va les amener à se rencontrer, à opérer ensemble pour le compte d'organisations gouvernementales, sur fond de guerre froide, avant que leurs point de vue ne divergent... Lorsqu'on a vu la première trilogie X-men, cet opus pose des bases, explicite des situations futures, et la façon dont le passé a pu les influencer.

Il est intéressant de voir comment se créent les liens entre les différents personnages, l'acceptation ou non qu'ils ont de leur pouvoir, la façon dont ils apprivoisent cette part d'eux-mêmes. Car finalement, cet aspect fantastique n'est qu'un "plus" pour le scénario. La vraie histoire est d'abord une humaine, et c'est que qui fait de ce film une réussite, car on délaisse la débauche d'effets spéciaux gratuite pour construire des personnages consistants, des histoires personnelles, des émotions, bref, un tout cohérent et bien ficelé. La présence dans les rôles principaux de deux acteurs de talent, sans être superstars y contribue également: Michael Fassbender, que son rôle complexe et physique dans Hunger avait consacré comme un acteur exigeant voire torturé, campe un jeune Magnéto plein de contradictions, tiraillé entre l'ombre et la lumière. Etant donné son étiquette plutôt "films d'auteur", qu'il ait accepté ce rôle dans un blockbuster n'en est que plus surprenant. Une agréable surprise. Le sage professeur X est incarné par un de mes chouchous, James McAVoy que j'ai découvert dans le Monde de Narnia, puis suivi à travers ses  rôles romantiques (Reviens-moi, Pénélope, Tolstoï) en passant par un ovni explosif (Wanted). En plus d'être bon acteur, il est accessoirement mignon comme tout, ce qui, admettons-le, au cinéma, n'est jamais vraiment un défaut.

Le tout constitue un blockbuster réussi sans être creux, avec des superpouvoirs, un superméchant, des drames, de l'amour, de l'humour et des acteurs charismatiques.  Et il paraît que si ce film fonctionne, il sera le premier d'une nouvelle trilogie X-Men. Et bien, qu'attend-on ?

 

La note tout à fait subjective qui n'engage que moi : 4/5 
 

Commenter cet article

charmant-petit-monstre 02/08/2011 19:12


Ce film ne peut que me plaire ! Il réunit mes deux acteurs préférés James Mcavoy et M. Fassbender dans deux rôles très importants ! Que du bonheur !


akialam 03/08/2011 10:58



que du bonheur, en effet. J'aime quand les gens arrivent à concilier le commercial, l'émotion et la qualité.



bruno 01/08/2011 17:40


Bon pour ce qui est des chiffres, hélas, il fait moins bien que ses prédécesseurs mais au niveau de ce que le film nous propose on est très très très au-dessus de ce lamentable combat final xmen3
au fait vous l'avez vu vous ce combat final? et que dire de hugh jackman en solo? ben c'était pourri... voilà c'est dit... lorsque j'ai lu que le scénario de first class serait un magneto origins
extrapolé, je me suis dit qu'il y avait peut-être l'occasion de sauver tout ça. et maintenant je vais vous donner mon explication quand à ses recettes un peu juste pour donner naissance à une
suite. xmen est un marvel. un vrai de vrai. et le travail de singer avait tellement été baffoué par xmen 3 et wolfwerine que nous fans avions perdus tout espoir. En face, DC comics/vertigo nous
propose le batman de nolan, V pour vendetta... au moins avec un dc comics on sait ce qu'on vient voir. et c'est ici que ce xmen/enfant chéri marvel m'a surprit. il a le caractère bien trempé d'un
DC. Eric fait peur dès qu'il entre dans une pièce. charles est un séducteur, charmeur qui est toujours à la limite de l'arrogance... Sébastian Shaw est tout simplement génial de folie. mais ce xmen
à l'âme d'un vertigo. Eric est... profondément humain, rancunier, violent. un homme brisé que seul la colère avait guidé. charles va l'aider oui bien sûr, on est venu là pour ça. les voir se
rencontrer, s'allier, se déchirer. Eric pleure, charles pleure. ils montrent leur peine et douleur, même plus que ça, là est leur force ils la regardent en face cette douleur. C'est ça qui explique
les chiffres. Nos héros n'ont que faire de la cape, du bouclier, du masque, du marteau, ils ne se soucient que du message qu'ils ont a défendre. La différence des peuples, des races même, leur
survie. un vrai DC sous la bannière Marvel, ça coince. les fans marvel ont été surpris et le bouche à oreille n'a pas suffit aux fans DC-Vertigo d'être convaincu... moi j'ai vu un Vertigo, noir
mais pas dénué d'humour, et de compassion et d'émotion, de charme aussi, humain mais servis par de supers effets spéciaux toujours bien pensée qui ne surgissent pas comme un wolfwerine dans une
manifestation pacifiste, au bout du cinquième épisode j'ai toujours des frissons en voyant Eric plié un bout de fer, ça pour c'est une preuve que les choses les plus simples sont toujours les
meileures parce qu'abouties...les acteurs sont parfaits. ian mc kellen est magneto! il le sera toujours, on en a jamais douté. mais michael fassbender est Eric! et j'en redemande!!!


akialam 01/08/2011 20:28



Ca-rré-ment. Comme quoi on peut faire grand public, et qualitatif. J'aime beaucoup ceux qui arrivent à le faire, ils sont rares. Nolan est, à mon sens, également de ceux-là. Vivement les
prochains !