Une séparation ****

Publié le 23 Août 2011

une-separation-film-iranien-affiche.jpgD'Asghar Farhadi

 

Lorsque sa femme le quitte, Nader engage une aide-soignante pour s'occuper de son père malade. Il ignore alors que la jeune femme est enceinte et a accepté ce travail sans l'accord de son mari, un homme psychologiquement instable…

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est du dernier chic à Paris d'aller voir des films iraniens, essentiellement pour des raisons politiques. C'est une chose. En revanche, il est vrai que de nombreux films qui nous parviennent de ce pays sont d'une qualité surprenante, soit que la sensibilité iranienne produise de bons films plus souvent, soit que ceux qui parviennent jusqu'à nos écrans  résultent d'une sélection particulièrement rigoureuse. 

Ce film est bien un film iranien : pour se plier aux règles de la décence et éviter la censure, les comédiennes portent toujours le foulard, même lorsque leurs personnages sont chez elles, ce qui n'est pas le cas en réalité. Mais ce n'est pas un film sur l'Iran. La situation et les interrogations des personnages sont universelles. Tous ont tort sur certains points, mais ils ont tous ont de bonnes raisons de faire ce qu'ils font. La frontière entre ce qui est juste ou non est floue, et le spectateur éprouve de la compassion pour chacun des personnages.

Plus qu'une peinture de la société iranienne, il s'agit d'un film sur l'homme, sur ses contradictions et les choix kafkaïens qu'il est parfois amené à faire. Un très bon film.

Commenter cet article