Twilight : Chapitre 4 - révélation - part II ***

Publié le 18 Novembre 2012

twilight-5-partie2-copie-1.jpgDe Bill Condon

 

 

Après la naissance de sa fille Renésmée, Bella s'adapte peu à peu à sa nouvelle vie de vampire avec le soutien d'Edward. Se sentant menacés par cette naissance d'un nouveau genre, les Volturi déclarent la guerre à la famille Cullen. Pour préparer leur défense, les Cullen vont parcourir le monde pour rassembler les familles de vampires alliées et tenter de repousser les Volturi lors d'un ultime affrontement.

 

 

 

 

Voilà. C'est fini. Fini de se faire bousculer à l'entrée des salles obscures par des hordes de midinettes hystériques; fini d'entendre la team Jacob ou la team Edward glousser tour à tour; fini les cinés entre copines, à se croire retournées en adolescence. Fini...jusqu'à la prochaine série !

 

Que dire que je n'aie pas déjà dit lors de mes chroniques précédentes (, , ou encore ) ? Les mêmes ingrédients sont réunis : l'eau de rose coule à flot, les acteurs sont limite inexpressifs, les dialogues niais à mourir, et les effets spéciaux vraiment ratés (le bébé en images de synthèse fait déjà daté). Mais l'alchimie régressive, et toujours aussi incompréhensible, opère !  Comme pour un soap ou un  livre façon Harlequin, on est inexplicablement (inexcusablement?) happé par l'histoire.

 

Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler ce qui m'a semblé être l'effet le plus réussi de ce film, mais lors d'une scène clé, je n'ai pu manquer de laisser échapper un WTF ! (oui, moi aussi je peux parler jdeun's). A ce moment là de l'histoire, j'ai compris la frustration que doit ressentir un gamin au soir de Noël en découvrant que son cadeau n'est pas du tout celui qu'il a commandé. Résignée, j'attendais en boudant la fin du film pour pouvoir crier au scandale. Et puis. Et puis voilà. (pas de spoil j'ai dit!). Disons simplement que le réalisateur, qui avait déjà réussi à donner un peu plus de substance au précédent opus, poursuit son travail en exploitant de façon astucieuse les possibilités visuelles du cinéma par rapport à l'ouvrage.

 

Enfin, j'ai passé un bon moment à profiter de ce film entre amies, ayant laissé mon cerveau à l'entrée de la salle. Oui. Je sais. Mais que celui qui n'a jamais aimé un navet me jette la première pierre !

 
Commenter cet article

Kim 29/01/2013 19:37

Excellent :)

akialam 30/01/2013 14:14



C'est mon côté midinette :p