Tchaikovski nautique *****

Publié le 7 Janvier 2013

tchaikovski_nautique-zygel.jpg

De Jean-François Zygel, au théâtre du Châtelet

 

 

Après avoir découvert Jean-François Zygel lors des retransmissions à la télévision des clés de l'orchestre,  Monsieur Lalune et moi-même avons décidé d'aller voir un de ses concerts pédagogiques au théâtre du Châtelet, sur le thème de Tchaikovski. Le concept est un peu différent des clés de l'orchestre, mais l'esprit est vraiment le même.

 

La soirée se déroule en trois volets s'étalant de 19h30 à minuit. Avant le concert, on joue des musiques du compositeur dans le foyer et dans le hall. Un orgue de barbarie nous accueille, suivi d'un groupe de cordes au premier étage. Il y a beaucoup de monde, et on se bouscule un peu, mais déjà se crée une ambiance propice à l'écoute, à l'émerveillement.

 

Puis, vient le concert à proprement parler : Zygel y évoque les airs les plus connus de Tchaikovski, accompagné d'un orchestre de chambre, de danseurs, et de chanteurs d'opéra. Même si nous ne voyons pas très bien la scène de là où nous sommes, la magie est vraiment au rendez-vous. L'occasion notamment de découvrir le celesta, petit piano cristallin que l'on entend par exemple souvent dans Casse-noisette, ou des airs d'opéra splendides dont je ne connaissais pas l'existence.

 

Afin de prolonger la soirée au delà de la grande salle, le public se voit enfin proposer deux concerts différents dans les foyers du théâtre du Châtelet : au sommet de l'édifice, au foyer Nijinsky, un trio jazz réinterprète à sa manière le lac des cygnes. Le temps de découvrir par la même occasion la superbe terrasse avec vue sur Paris illuminé. Au foyer du premier étage, c'est Zygel et l'orchestre de chambre qui jouent d'autres grands airs. La proximité avec les instruments fait résonner encore davantage les émotions et la beauté de la musique de Tchaikovski. 

 

En guise de livre d'or, des petits dépliants en forme de lettre ont été distribués aux spectateurs afin qu'ils écrivent au compositeur. Avant de quitter, bien à regret, les lieux, nous nous attellons à rédiger un petit mot avant de le glisser dans la boîte aux lettres prévue à cet effet. Curieusement, cette idée m'amusée autant qu'elle m'émeut :on se prendrait presque à croire que leur contenu arrivera à destination.

 

2013-01-07-22.24.22b.jpg

 

Ce fut une soirée parfaite : pleine de magie et d'une musique à la beauté infinie. Nous sommes rentrés à la maison avec des étoiles plein les yeux les oreilles, et l'impression diffuse d'avoir vécu quelque chose d'iréel...

 

Je pense très sincèrement que nous n'allons pas tarder à rendre visite à d'autres compositeurs!

 

Commenter cet article