Salon du livre 2013

Publié le 24 Mars 2013

affiche-salon_du_livre-2013.jpgCette année, mon marathon livresque, comme j'aime à l'appeler, s'est parcouru non en un ni en deux, mais en trois jours. A vrai dire, c'est l'invitation à rencontrer les auteurs proposée par le magazine ELLE dans le cadre de leur prix des lectrices qui m'a permis d'allonger ce rendez-vous.

 

C'est donc dès le vendredi que j'ai arpenté les allées du salon. Alors que je m'attendais à une journée plus calme qu'en week-end, je constate qu'il est envahi d'enfants et d'ados très vite transformés en Spirou et Titeuf par les centaines de masques et chapeaux de groom distribués.

 

L'après-midi est consacrée à la rencontre avec une partie des auteurs sélectionnés pour le prix ELLE. Il m'est toujours pour le moins étrange de voir des gens parler si librement de leurs ouvrages, parfois même très personnels, moi qui ne consens que rarement à laisser juger mes textes, à l'exception de ceux présents sur ce blog. Et même lorsqu'on a eu un sentiment mitigé sur une oeuvre, il est selon moi toujours intéressant de voir de quelle façon son auteur a pensé, conçu, écrit ce texte. Si, faute de temps, j'ai loupé Mickaël Ferrier, dont j'avais adoré le Fukushima, c'est pourtant sans regret que j'ai passé l'après-midi en compagnie de Colombe Schneck, Bernard Minier, Brigitte Aubert, Cécile Guilbert, Arthur Dreyfus et Sandra Kollender

 

Avez-vous constaté que cet article est singulièrement dépourvu de photographies, comparées à ceux de l'année dernière ou de la précédente ? La raison est toute simple. J'ai constaté que les photos des auteurs sont souvent mauvaises faute d'une luminosité correcte et que sans accompagnateur je n'en aurais pas où je figurerais avec les auteurs. Ajoutez à ce constat la présence au bout de mon bras d'un cabas contenant livres à dédicacer, nouvelles acquisitions, manteau d'hiver et sandwiches, sans compter l'inévitable sac à mains, et vous aurez une idée de la difficulté induite par la présence en sus d'un volumineux appareil et son maniement. A ces considérations pratiques s'est ajoutée une philosophie (de comptoir) : puisque je n'avais pas mon appareil photo, inutile d'en prendre avec mon téléphone portable, la qualité aurait été vraiment mauvaise, et l'intérêt, donc, nul. Disons que j'ai en quelque sorte fait voeu d'abstinence photographique pendant ce salon. 

 

Cette résolution a été cependant mise à l'épreuve lors de l'arrivée quasi triomphale de Lionel et Simon Astier, qui dédicacaient la bande dessinée de Hero Corp, mais que je retiendrai surtout pour leurs prestations dans Kaamelott, qui siège dans mon Panthéon télévisuel personnel. Mais c'est le lendemain, lorsqu'un stormtrooper (un vrai, j'en suis sûr)  s'est glissé parmi les visiteurs, que la tentation a failli être plus forte. Imaginez, j'aurais pu avoir une photo à côté de lui à afficher devant mes amis geeks! Mais petite padawan deviendra grande jedi et la Force a été de mon côté.

 

Enfin, tout ça pour vous dire que cette année, la seule photo de ce salon sera celle du butin dédicacé - mes précccccccieux! - sur ce salon. Vous le savez, j'aime autant les rencontres avec les auteurs que les dédicaces, témoignage concret de cet instant. Cette unique photo vous épargne par ailleurs le récit chronologique et ennuyeux de ma course folle de stand en stand, si tant est que vous ayez déjà eu le courage de lire ces lignes jusqu'ici.

 

AA. butin salon du livre 2013

Vivement l'an prochain !

 

 

Commenter cet article

Jostein 12/04/2013 07:23

De nombreuses dédicaces. Je repère les livres du Prix des Lectrices de Elle.

akialam 12/04/2013 07:30



Forcément, c'était l'occasion :)



FT 11/04/2013 17:51

Bonjour Akialam! J'attendais le compte rendu de ce dernier Salon du Livre 2013, et effectivement je constate l'abscence cruelle de photos, des auteurs, des files d'attente et surtout de notre chère
Akialam! Mais bon, tu n'avais pas de sherpa, une bonne tonne de livres à faire dédicacer, je t'excuse! Mais peut-être aurait-on droit un jour à quelques reproductions des pages de gardes de tes
livres dédicacés, comme les autres années sur certains dessins ( en prenant soin de masquer ton prénom que j'ignore...), ça nous donnerait à rêver à nous lecteurs anonymes! Bonne soirée Akialam.

akialam 12/04/2013 07:33



Je mettrait les dédicaces au fur et à mesure pour les livres que je n'ai pas encore chroniqués, je pense :)


quant à d'Internet, c'est effectivement assez paradoxal : on étale sa vie au vu et au su de tous et en même temps on tente de préserver une partie de son anonymat. :p