Roméo et Juliette ****

Publié le 11 Novembre 2012

Romeo_et_Juliette_zeffirelli.jpgDe Franco Zeffirelli

 

 

Par delà la haine que se vouent les familles Capulet et Montaigu, Roméo et Juliette, issus de ces deux clans rivaux, tombent amoureux l'un de l'autre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'accord, je suis peut-être un poil obsessionelle sur le sujet. Mais pouvais-je passer à côté de cette version ? Plusieurs raisons ont présidé à mon choix, mais la plus importante remonte à ma découverte de cette histoire, vers l'âge de 10-11 ans : j'ai visionné un premier film, une version en noir et blanc, un peu par hasard. Or dans le texte, il est fait mention que Juliette n'a pas encore 14 ans. A l'époque, voyez-vous, j'avais encore une idée bien précise de ce que pouvait être une jeune fille de 13-14 ans. J'avais été très surprise, car il était évident que l'actrice était bien plus âgée. Je ne comprenais pas pourquoi ils n'avaient pas choisi une actrice avec le bon âge. Non mais !

 

Enfin, voilà, lorsque j'ai lu il y a quelques temps que le film de Franco Zeffirelli avait été le premier à donner les rôles des amants maudits à des adolescents (16 et 17 ans) je me suis dit qu'il fallait que je le voie.

 

Et effectivement, ce qui marque dans le jeu, c'est la spontanéité de l'adolescence, tant des les rires que dans les pleurs, avec un supplément de fraîcheur bienvenu, surtout avec un texte - forcément - un peu figé par le temps.

 

Au fond, c'est surtout la beauté qui est le maître-mot de ce film : les oscars que le film a reçu en 1969 pour ses costumes et sa photographie ne sont absolument pas usurpés. On pourrait y rajouter les décors sans hésiter. Et que dire de ces deux jeunes gens, beaux, tendres et passionnés ? Juliette est belle comme un coeur. Quant à Roméo, nul doute que si j'avais vu ce film à 10-11 ans je serais tombée éperdument amoureuse de ce beau jeune homme et de ses jolies fesses.

 

Même si la meilleure adaptation de Roméo et Juliette reste pour moi celle de Baz Luhrman, découverte à l'adolescence (ceci explicant sans doute celà) et revue inlassablement depuis, force et de constater que la pièce de Shakespeare inspire avec bonheur les cinéastes de chaque époque (mais pas uniquement), au travers ce qui reste un des plus beaux symboles de l'amour absolu.

 

Commenter cet article

Nadael 17/11/2012 18:27

Et dire que je n'ai jamais lu Roméo et Juliette de Shakespeare...

akialam 19/11/2012 10:44



Arghhhh ! Non, c'est pas vrai ! Bon, je ne vais pas trop crier au scandale, je dois moi-même avoir pas mal de livres ou de films "que tout le monde a vu" sauf moi :p


Mais Roméo et Juliette, quoi !