Les tribulations d'une caissière ***

Publié le 12 Février 2011

tribulations d'une caissièreD'Anna Sam

aux éditions du livre de poche

Elle s'appelle Anna, elle a vingt-huit ans, un diplôme universitaire de littérature et huit ans d'expérience derrière une caisse de supermarché. Un métier peu propice aux échanges, ponctué de gestes automatiques...Anna aurait pu se sentir devenir un robot si elle n'avait eu l'idée de raconter son travail, jour après jour. Elle vous a vu passer à la caisse.
Vous avez été des clients faciles ou des emmerdeurs, riches ou pauvre, complexés de la consommation ou frimeurs. Vous l'avez confondue avec une plante verte ou vous lui avez dit bonjur, vous avez trépigné à l'ouverture du magasin ou avez été l'habitué nonchalant des fermetures. Anna, vous l'avez draguée, méprisée, insultée. Il ne se passe rien dans la vie d'une caissière ? Maintenant, prenez votre chariot et suivez Anna jusqu'à sa caisse.



Merci à M & RX (qui se reconnaîtront) pour m'avoir offert ce livre !

L'auteur, dotée d'une longue expérience en tant que caissière, nous explique avec humour son quotidien pas toujours rose. Au-delà de la satire du mépris des clients, de la monotonie du travail et des petites joies mesquines qui allègent parfois ses frustrations, cet ouvrage m'a rappelé mes quelques mois d'expérience (non au supermarché, il est vrai), derrière les caisses d'une enseigne de restauration rapide. Ce mélange de stress, de fatigue et d'amabilité parfois forcée, mais également le côté mécanique de ce travail ne me sont pas tout à fait inconnus. Et ce sentiment de reconnaissance absolu lorsqu'un client pense à vous souhaiter bon courage...ça n'a pas de prix. Découvrez tout sur les couples qui font l'ouverture du magasin, sur Madame réductions ou sur la joie incommensurable des soldes !  Cet ouvrage vous fera sans doute rire, même sans expérience de ce genre, et peut-être même regarderez-vous d'un autre oeil votre caissière lors de vos prochaines courses !

 

Une omission de ma part pourrait vous être fatale lors de votre entretien d'embauche. Permettez-moi de corriger immédiatement cette erreur. ce n'est pas grave si vous n'avez jamais travaillé de votre vie, si vous ne savez pas compter, si vous êtes agoraphobe ou si vous avez peur du noir, pourvu que vous soyez disponible tout de suite, que vous acceptiez le salaire mirifique proposé, que vous ayez un RIB et que vous puissiez répondre à cette question:
"pourquoi souhaitez vous travailler chez nous?"
Eh oui, même pour être caissière, il faut avoir de bonnes raisons.

Quelques réponses en vrac pour vous donner de l'inspiration:
- parce que j'ai toujours rêvé de travailler dans une grande surface!
si vous voulez qu'on vous croie, il faudra le dire vraiment avec beaucoup de conviction et faire en même temps briller vos yeux d'émerveillement. Pas facile.

- Parce que ma mère était déjà caissière !
Remarque idem que précedemment.

- Parce que comme votre enseigne Champion/Géant/ Les Trois Mousquetaires... je veux être une champion/un géant/les trois mousquetaires !
Enorme, c'est vrai, mais cet esprit de winner plaît bien. Alors, pourquoi pas. Attention, ce genre de réponse n'est pas déclinable avec toutes les enseignes (je veux être un carrefour...)

- Je suis étudiante. J'ai besoin d'un travail à temps partiel pour payer mes études.
Grand classique mais très convaincant. Et les managers aiment bien les étudiants, ça rouspète moins que les vieux et ça vient bosser surtout le week end. Donc excellente réponse. Bien sûr, si vous ne faites pas d'études, il faut que vous fassiez encore assez jeune pour être crédible comme étudiant. Mais jusqu'à trente, trente-cinq ans, vous ne devriez pas avoir trop de problèmes.

- J'ai besoin de trouver un boulot pour vivre.
Réponse fortement déconseillée. Même si c'est la vérité, le manager ne vous trouvera "pas très motivée", "manquant d'esprit d'équipe", "inadaptée à l'ambition commerciale du magasin"... et risque de mettre votre candidature en bas de la pile (immense au passage).

Mais les réponses qui l'enchanteront ne manquent pas. Pour les trouver, faites semblant d'imaginer, par exemple, que vous aller devenir notaire et pas caissière. Un peu de fantaisie, quoi !

Commenter cet article

Luna 14/03/2011 16:44


Celui là, je ne l'ai jamais ouvert, mais j'aimais beaucoup le blog du même nom...
Cela dit, il a bien changé, je n'y vais plus...

Merci d'être passée :)


akialam 15/03/2011 14:34



Je pense qu'avec la publication du livre, certains passage ont été coupés pour pousser les gens à acheter le livre plutôt qu'aller lire le blog, non ?



dasola 07/03/2011 17:04


Bonsoir Akialam, personnellement, j'avais été déçue par la lecture de ce livre pas drôle, qui n'est qu'une suite d'anecdotes pas passionnantes. En revanche, je n'ai compris pourquoi elle est restée
7 ans caissière alors qu'elle aurait pu faire autre chose (ayant fait des études). Bonne après-midi.


akialam 13/03/2011 19:05



Je crois qu'en fait elle a été caissière pendant ses études, et non après, d'où les 7 ans de caissière.


ceci dit, quand on cherche un travail à temps partiel pour financer une partie de ses études, on a parfois du mal à trouver autre chose que du supermarché ou du fast food... même avec des études
!



FT 23/02/2011 07:00


Je suis entièrement d'accord avec toi, et saches que je suis très sensible à tes valeurs humaines et à ta générosité.


FT 18/02/2011 09:24


Bonjour Akialam ! J'ai eu l'immense privilège de me faire préter ce livre par ma caissière préférée du M. qui est en bas de chez moi, elle le lisait (discrètement) durant les moments creux et comme
nous avons toujours l'habitude de parler, et qu'elle riait beaucoup, ça m'a bien sûr intrigué! Dans mon boulot, je vois du monde toute la journée, certes pas dans le même contexte qu'Anna, mais je
retrouve tous les types humains- les râleurs, les impatients, les revendicatifs, mais aussi ceux qui se confient - que dans le livre !Certains passages sont savoureux, mais d'autres désolants sur
la face cachée de tous ces petits boulots et de la grande distribution. La caissière a un rôle social et humain, et ma caissière ironise sur les expériences de caisse automatique ( "qu'ils
essaient, c'est la mort du supermarché "); ce livre a été pour elle - et pour moi - un bon moment de lecture car il interpelle comme un vrai miroir de notre société ! Bonne journée !


akialam 18/02/2011 11:25



Je trouve toujours déplorable le mépris qu'affichent certaines personnes pour des gens exercant des métiers considérés "moins nobles"... quel que soit son métier, c'est avant tout une personne
que l'on a en face de soi, et qui en plus travaille pour gagner sa vie. Qu'y a-t-il de méprisable dans cela ? Cette auteur a le mérite de remettre les choses en place "de l'autre côté de la
caisse", justement!