Les morues ****

Publié le 10 Janvier 2012

Les-Morues-Titiou-LecoqDe Titiou Lecoq

aux éditions du Diable Vauvert

 

 

C'est l'histoire des Morues, trois filles et un garçon, trentenaires féministes pris dans leurs turpitudes amoureuses et professionnelles. Un livre qui commence par un hommage à Kurt Cobain, continue comme un polar, vous happe comme un thriller de journalisme politique, dévoile les dessous de la privatisation des services publics et s'achève finalement sur le roman de comment on s'aime et on se désire, en France, à l'ère de l'internet. C'est le roman d'une époque, la nôtre.

 

 

 

Il est assez difficile de définir cet ouvrage qui mélange habilement les genres, sans pour autant perdre son sens de l'humour et un intérêt sans cesse renouvelé. Après un premier chapitre surprenant par sa forme, qui restitue très bien l'ambiance d'une soirée, et l'enterrement du chapitre suivant, où chacun gère son chagrin comme il peut, j'ai craint que cette histoire très bien commencée ne tourne au mauvais thriller (option théorie du complot), mais très vite, mes craintes se sont dissipées. Les personnages eux-mêmes mesurant parfois l'incongruité de leurs soupçons, se demandant si ils n'auraient pas vu trop de films américains pour réagir ainsi. Cette histoire est cependant appuyée sur des faits réels, comme la RGPP (je vous laisse googler ça) mais sans que la dimension politique ne soit trop présente, la dénonciation n'étant finalement presque qu'un détail dans cet ouvrage qui comporte bien d'autres éléments également dignes d'intérêt.

 

La grande force de cet auteur, finalement, c'est d'être ancrée dans la vraie vie, avec ses déceptions, son langage, ses discussions sérieuses ou sa philosophie de comptoir, les amis que l'on adore mais qui peuvent nous irriter, les coups de blues, l'émancipation des femmes, les blessures de chacun. Finalement, sous une apparence assez pessimiste (on ne peut pas dire que les personnages principaux soient très chanceux) il reste une lueur d'espoir fondée sur l'amitié et la volonté qui permettent de s'en sortir tout en continuant d'avancer. Les jours de déprime, on aimerait bien faire partie de ces Morues, qui se réconfortent, qui refont le monde à leur façon et décident de vivre comme elles l'entendent. C'est assez simpliste, mais cet optimisme chaleureux est finalement assez bienvenu en ces temps ou la sinistrose semble gagner les esprits.

 

Pas vraiment chick-litt malgré sa couverture, cet ouvrage à la fois sombre et heureux est finalement très moderne dans sa façon de faire se rencontrer les personnages, dans ses dialogues souvent assez réalistes, dans sa vision de ce que sont les femmes aujourd'hui, loin des clichés habituels. Peut-être suis-je très différente de ces personnages mais je m'y suis retrouvée, parfois, d'autant qu'à aucun moment, l'auteur ne les juge, eux ou leurs choix. Et, surtout, il y a cette dose d'humour qui allège l'ensemble pour en faire un roman facile à lire, mais pas si superficiel qu'il peut en avoir l'air. 

 

Grâce à cet ouvrage, j'ai découvert le blog de l'auteur, dont le style correspond parfaitement à celui des personnages de son ouvrage. Si vous hésitez à acheter ce livre, allez y faire un petit tour, cela vous permettra de vous décider.

 

 

Babelio-masse-critique-copie-1.png

 

 

Premier ouvrage du

challenge petit bac 2012

dans la catégorie ANIMAL

La soirée Kurt
Au début, il y a la sonnette – et la porte qui s’ouvre et se referme sans cesse. Des pas qui résonnent dans l’entrée. Et des embrassades, des «ah», des «oh». T’es déjà arrivé ? J’croyais que tu finirais plus tard le taf. Ouais, mais finalement j’ai bien avancé. Hé, Antoine on va pas parler boulot ce soir, hein? Ça serait de laprovoc ! Un brouhaha généralisé. Des verres qui tintent. T’as apporté les bougies ? Non c’était à Ema de le faire. Chut, on va commencer… Moi, j’ai pas de bougies mais j’ai de la vodka. Vodka ! reprend en écho une autre voix. Ça va… On va pas non plus entrer en communication avec son esprit, on a passé l’âge… Toi, t’as décidé de jouer le vieux con de la soirée. Non mais… on va faire ça encore combien de temps ? Jusqu’à l’inculpation de Courtney, tiens. Rires. Putain, vous êtes lourds les mecs. Hey, le MLF, laisse tomber. Mais ça m’énerve ! Faut forcément que ça soit la méchante femme, va régler tes problèmes avec ta mère OEdipus. Hou là là… Ça vanne sec ce soir. T’es pas d’accord Charlotte? Si – mais ils te provoquent. Dis donc Fred, t’as mis ton plus beau t-shirt… Oui, tu le trouves bien, c’est vrai? Non, elle se fout de ta gueule. On te le dit tous les ans que c’est ringard de se trimballer avec la pochette de In Utero dans le dos. Non, je le trouve vraiment bien, sincèrement, c’est… original de pas mettre Nevermind. Hein ? Quelqu’un veut que je mette Nevermind ? Ouais ! Non, attends, moi j’ai apporté un CD avec des faces B inédites. Laisse tomber tes inédits, ils sont tous sortis avec le dernier coffret – à cause de cette pute de Courtney, hein Ema ? Tu m’emmerdes Gonzo. Par contre, la bouteille de vodka sur mon meuble Stark, vous allez éviter. Toi, t’as su garder la grunge attitude dis-moi… Alors, t’as une copine en ce moment? Oui, je vois quelqu’un. Oh mais c’est génial ! Les filles, arrêtez de lui parler comme s’il avait 3 ans. Elle fait quoi ?

Commenter cet article

FT 16/01/2012 13:59

Bonjour Akialam! J'ai fait un petit tour sur le blog de Titiou (merci pour le lien direct) et c'est effectivement un univers très parisien d'aujourd'hui, un peu décalé mais en prise direct sur le
quotidien, sur le réel et si on retrouve ce rythme dans ses "Morues", je crois que je vais le mettre dans ma PAL (ou LAL je confonds toujours!). Et puis les appareils photos sur téléphone
permettent de fixer tous les moments, où que l'on soit, et elle ne s'en prive pas! Et puis ça me changera du bouquin que je viens de terminer. Bonne journée Akialam!

akialam 16/01/2012 14:34



LAL = liste à lire (peut-être théorique)


PAL = Pile à lire (celle qui encombre la bibliothèque) :p



Ankya 15/01/2012 14:22

Il me tente ce livre :) depuis sa sortie en fait... mais je n'ai pas le temps ! Cela dit, je le garde en idée d'achat :D

akialam 15/01/2012 15:34



Sérieusement, si tu as le temps d'aller faire un tour sur le blog, cela te donnera une très bonne idée du style du livre !