Le magasin des suicides **

Publié le 5 Octobre 2012

le-magasin-des-suicides.jpgDe Patrice Leconte

 

Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est d'excellentes idées qui se muent en inextricable gâchis. Voilà le constat mi-agacé mi-déçu que je tire de ce film.  Et quelles bonnes idées ! Une animation vraiment intéressante, un humour noir grinçant et cynique, des détails amusants à foison (les panneaux de signalisation et les graffiti, notamment), des cadrages soignés. Des moments de grâce graphique, comme ce rendez-vous surréaliste chez le psy décliné en test de Rorschach, jubilatoire.

 

Malheureusement, toute cette perfection est noyée dans un flot de chansons aussi nombreuses qu'inintéressantes, si l'on excepte la toute première, qui présente le magasin et les personnages. Et ce n'est pas tout : le scénario, pourtant bien établi au départ, se précipite soudain vers une fin aussi improbable que bâclée, tranchant par sa morale niaise et convenue avec le ton délicieusement cynique qui faisait toute la saveur de ce film. On a l'impression que les scénaristes et animateurs appliqués sur le début, se sont soudainement aperçus qu'il ne leur restait plus que vingt minutes de budget et se sont précipités pour en finir (le mauvais jeu de mots, c'est cadeau!), ou qu'il a fallu imposer une morale heureuse à un film d'animation qui risquait de perdre son public cible.

 

Un constat de gâchis presque désespérant, tant le travail d'animation est beau.

Commenter cet article