La comtesse ****

Publié le 2 Juin 2010

la-comtesse-2271-341872642De Julie Delpy

 

A la mort de son mari, la comtesse Elizabeth Bathory se trouve à la tête d'un vaste domaine et d'une immense fortune. Aidée de sa confidente, la sorcière Anna Darvulia, Elizabeth étend progressivement son influence, suscitant chez chacun crainte, admiration et haine, pour devenir la femme la plus puissante de la Hongrie du 17ème siècle - dictant ses conditions jusqu'au roi lui-même. Elle rencontre alors un séduisant jeune homme dont elle tombe éperdument amoureuse mais celui-ci l'abandonne. Certaine d'avoir été délaissée car elle n'était plus assez jeune et belle, elle sombre progressivement dans la folie. Elizabeth, à la suite d'un accident, se persuade que le sang de jeunes vierges lui procure jeunesse et beauté. Elle commence à prendre des bains dans le sang des jeunes filles du château puis de la région. Débute alors une série d'actes sanglants et diaboliques…

 

 

Un film intéressant, car il joue à la fois sur l'aspect historique et légendaire de la comtesse Bathory. Historique, car il la replace dans le contexte troublé de la Hongrie du 17e siècle, luttant contre la poussée de l'empire ottoman. Légendaire, car la réalisatrice et actrice principale s'appuie sur les croyances populaires concernant la "comtesse Dracula". Enfin, sans verser dans le manichéisme (encore qu'il y ait plus ou moins un méchant), Julie Delpy s'attache à souligner, au travers du personnage d'Istvan, que tout cela n'est que ce qui a été rapporté, et qu'aucun fait n'est certain. Ainsi, elle nous laisse le choix du point de vue. La comtesse a-t-elle réellement perpétué ces crimes ? Est-ce une machination, pour abattre la femme la plus puissante de Hongrie ? Au spectateur d'en décider.

 

Reste que même au coeur de sa folie, Julie Delpy dresse le portrait d'une femme cruelle et pourtant sensible, impassible et pourtant passionnée. Qui croire ? Si les historiens se sont penché sur le cas d'Elisabeth Bathory sans se mettre d'accord, le film a le mérite de laisser la porte ouverte à toutes les explications que ces derniers ont formulées, ce qui en fait un film intelligent. C'est assez rare lorsqu'on touche à un personnage historique. Et d'autant plus appréciable.

 

 

Commenter cet article

Rémy 18/06/2010 13:25


Luchini jouait déjà de manière un peu décalée. Personnage et réalité se superposent. D'ailleurs, je ne crois pas que les acteurs d'aujourd'hui "jouent", ils "sont". Ma brève rencontre avec
Depardieu le confirme !


akialam 18/06/2010 17:26



Je pense que ça dépend des acteurs.De toutes façons, pour jouer, on s'appuie toujours sur son vécu ! même si les situations sont différentes de celle des personnages, on cherche ce qui a pu
provoquer le même type d'émotion chez nous, ou au plus près, pour être juste.


Même si l'idéal est bien entendu "d'être", ce qui enlève tout artifice, cela donne un jeu toujours semblable. Ce qui m'embête avec Depardieu (dont j'apprécie par ailleurs le talent), c'est
justement qu'il "joue toutjours un peu pareil". Mais du coup, il convient parfaitement à certains rôles. je l'ai trouvé vraiment bien dans le rôle de Dumas, dernièrement, parce qu'il a la même
image de bon vivant que l'écrivain des trois mousquetaires !


J'ai un peu tendance à disserter, en ce moment. Déformation professionnelle, j'imagine.



Rémy 18/06/2010 08:07


Il y a fort longtemps j'avais vu un film en 4 parties mis en scène et/ou réalisé par... un nom compliqué, polonais ou quelque chose comme ça. Ce devait être "les contes immoraux". Une des séquences
prenait pour thème cette comtesse, jouée par Paloma Picasso (pourquoi ai-je retenu ce détail ?). Je m'en suis souvenu lorsque j'ai vu le lancement du film "la Comtesse". Je croyais qu'il s'agissait
d'une vague fiction alibi à un film vaguement érotique comme c'était la mode alors. Une comtesse faisait saigner des jeunes vierges pour prendre un bain de sang censé lui préserver sa jeunesse.
Dans ce film, une des quatre séquence s'appelait "la marée" et on y voyait un adolescent un peu bizarre et qui a fait son chemin depuis : Fabrice Luchini.


akialam 18/06/2010 10:13



C'est possible qu'il y ait des moyens métrages sur ce personnage,  bien qu'au final, seuls 4 longs métrages aient à ce jour traité du personnage lui-même (dixit wikipedia) contre plus de 200
pour Dracula. Mais à l'heure où la mode est aux vampires, il est logique que ce personnage ait refait surface. Un un autre film anglo-saxon serait d'ailleurs en préparation sur la comtesse
Bathory.


Luchini jouait-il alors comme aujourd'hui ?