L'aube des rêveurs ***

Publié le 4 Janvier 2010

l'aube des reveurs-copie-1L'aube des rêveurs, de Mary Doria Russell

Genre: roman historique
Lieu et époque : Etats-Unis, Egypte, XXe siècle

L'auteur explore l'époque de l'entre-deux guerres aux Etats-Unis et au moyen orient en plongeant son personnage principal au coeur de la bonne société européenne du Caire. Elle y côtoie Churchill, Lawrence d'Arabie, et quelques autres des êtres qui ont déterminé le destin de ces terres. Je ne suis en aucun cas une spécialiste de l'époque, et encore moins de la complexité politique du moyen-orient, et c'est en suivant Agnès, qui n'en connaît pas davantage, que l'on en découvre un peu plus: tous les personnages qui l'entourent vont, peu à peu, lui expliquer les enjeux et les problématiques de cet espace. Si j'ai tout compris de ce qu'on lui disait, je n'ai néanmoins pas la prétention d'avoir retenu grand chose. Au delà de l'expérience humaine et touristique d'Agnès, de sa crise de foi et de ses espoirs de femme, nous découvrons un monde dans une époque charnière, à l'aube de la décolonisation et du second conflit mondial. Le seul handicap, si j'ose dire, de ce roman, est justement qu'on se désintéresse très vite du personnage principal pour se focaliser sur le décor et les personnages secondaires. Ce qui ne fait pas moins de cet ouvrage une lecture intéressante sans être lassante.

4e de couverture:
Le Caire, 1921. Voilà longtemps que la zone du Moyen-orient suscite les convoitises mais c'est à la faveur de la Conférence pour la Paix que ses contours vont se dessiner. Winston Churchill, Laurence d'Arabie ou encore Gertrude Bell, analyste politique et fonctionnaire de la couronne britannique qui connait ces terres comme personne - ils sont tous là, ceux qui ont fait le Monde de ce début de siècle.
Vents du désert et ambitions politiques attisent les passions et c'est dans ce contexte brûlant qu'Agnes Schanklin, une jeune femme venue au Caire pour oublier la tragédie qui a frappé sa famille va devenir le témoin privilégié d'un épisode déterminant de l'Histoire...

Extrait:
Avant tout, je dois vous avertir : ma situation actuelle est difficile à concevoir. Même moi, j'ai du mal. Et pourtant je suis absolument sûre d'une chose: ma petite aventure est devenue votre histoire et vous ne comprendrez pas votre époque tant que vous ne vous serez pas penché sur la mienne.

Essayez d'imaginer l'espoir et l'émerveillement de ces années-là. Tout semblait possible alors- la connaissance, l'éradication des maladies et de la pauvreté. La physique, la chimie, la médecine et l'industrie avaient atteint des sommets. Dans les villes, les gratte-ciel percaient les nuages. Les camions et les automobiles avaient remplacé les carrosses et les charrettes à chevaux. Nous arpentions des rues propres débarrassées des mouches et des tas de crottin.

En 1913, l'Amérique avait un professeur comme Président à la Maison Blanche. C'était un homme intègre, avec des principes. Un homme qu'on avait élu pour enrayer la corruption et nettoyer les hautes sphères de la vermine qui avait proliféré avant son arrivée. La santé et l'école pour tous apportaient la lumière dans les bidonvilles et les foyers. Les pauvres étaient glorifiés au détriment des fiers et les partisans du progrès tenaient les rênes du pouvoir, de l'argent roi.

Dans les demeures de la classe moyenne, nos vies étaient réglées comme des pendules, planifiées, précises. Nos lampes nos toasters et nos ventilateurs fonctionnaient à l'électricité. Les journaux du dimanche vantaient les mérites de l'aspirateur, de l'essoreuse et de différentes marques de voitures. Les salles de bains modernes et immaculées étaient entrées dans nos maisons. Nous croyions que l'hygiène, une alimentation saine et de bonnes moeurs nous rendraient bien portants, prospères et sages. Toutes les conditions étaient réunies pour nous promettre des lendemains meilleurs. Et des surlendemains ? Bien meilleurs encore.

La Grande Guerre et la grippe espagnole s'abattirent sur notre monde tranquille sans prévenir.

Imaginez: des millions et des millions d'âmes qui s'éteignent brusquement dans le monde entier. Des hommes si nombreux à mourir qu'on est obligé de les jeter dans des fosses communes à la pelle. Des citoyens qui ne succombent pas des suites d'une ancienne épidémie de peste, dans un pays lointain mais qui crèvent ici et maintenant, sous vos yeux. Si bien que plus rien ne garantit votre survie. Imaginez que vous savez tout ça, non en théorie après l'avoir lu dans des livres, mais parce que vous l'avez senti en décollant votre talon du sol pour enjamber un cadavre.
Que feriez-vous?

Babelio-masse-critique.png
Commenter cet article

choupynette 14/03/2010 10:51


Bonjour, je l'ai lu dans le cadre de Masse critique, et j'avais beaucoup apprécié. J'ai trouvé le personnage principal attachant.


Edelwe 17/01/2010 18:44


Je ne suis pas trop fan de ce genre d'ouvrage. Mais cela doit être intéressant.


akialam 17/01/2010 19:32


ben j'avoue avoir une préférence pour les romans historiques, du coup je partais d'un bon pied quand même!