L'Age de Glace ***

Publié le 15 Juillet 2012

l-age-de-glace-4-la-derive-des-continents.jpgDe Steve Martino et Mike Thurmeier

 

L'Age de Glace  4 - la dérive des continents, marque une nouvelle étape dans les tribulations de la joyeuse bande. Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d'une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu'il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux...

 

 

 

C'est toujours avec plaisir que l'on retrouve des personnages qui nous ont fait rire, avec tout de même la peur d'être déçue. Il me semble avoir manqué le troisième opus, mais nul besoin apparemment de l'avoir vu pour comprendre celui-ci.

 

 

Scratt, l’écureuil le plus maladroit et malchanceux que la terre ait jamais porté est fidèle au poste, assumant vaillamment sa part de gags. Quant aux héros de cette saga, ils se retrouvent embarqués dans la brusque dérive des continents qui bouleverse le paysage et les éloigne de chez eux.

 

Si l’animation est toujours aussi réussie (même si je grogne toujours autant contre les scènes que l’on sent fabriquées spécialement pour la 3D), je suis en revanche beaucoup moins satisfaite du méchant, le capitaine des pirates, pour une raison que je n’arrive pas entièrement à cerner. Toutefois, je pense que la chanson qui le présente, pas terrible et franchement pas indispensable, a sans aucun doute contribué à cette impression mitigée. Il y a des personnages comme ça, parfois, avec lesquels on part du mauvais pied.

 

Au final, j’ai moins apprécié ce film que les précédents de la série que j’ai pu voir. Mais sans doute est-ce davantage par l’évolution de mes goûts que par la qualité du film.

 

Un opus centré sur les valeurs de la famille et de l’amitié, sans doute beaucoup plus conventionnel, mais qui ménage tout de même de beaux moments d’humour.

 

 

 

Commenter cet article