Hypathie **

Publié le 25 Août 2011

hypathie-sorcièresDe Virginie Greiner et Christelle Pecout

aux éditions Dupuis

 

Le drame d'une femme libre... La première sorcière de notre histoire ?

Alexandrie, la grande cité de l'Empire en l'an 415 après JC, à l'heure du passage au christianisme. Dans ces luttes entre factions religieuses, Hypathie, une des plus grandes savantes de son époque, va perdre la vie sur l'autel de sa liberté.

 

 




Pour quelqu'un qui ne dessine pas bien, il est toujours quelque peu facile de critiquer le travail d'un dessinateur. Pourtant, c'est ce que je m'apprête à faire, du simple point de vue du lecteur... Car c'est bien tout d'abord le dessin qui m'a déplu. Cette bande dessinée ressemble parfois à un travail "en cours". A une première bande dessinée, qui en entraînerait d'autres, plus assurées du point de vue du trait.

 

D'après le titre de la collection "sorcières", et surtout son accroche publicitaire "on ne naît pas sorcière, on le devient", j'ai tout d'abord pensé que cette série traiterait du parcours de femmes que les aléas de l'histoire, la société ou leur famille avait transformées en femmes fortes, rebelles, voire cruelles, farouchement indépendantes et avec un côté obscur.

 

Mais le scénario d'Hypathie n'a aucune force. Elle tient bon face à ceux qui la dénigrent parce qu'elle est femme, mais le personnage semble fade, sans ampleur. Ainsi, cette accroche publicitaire alléchante, se résume simplement au fait qu'elle est sorcière aux yeux des hommes qui la critiquent. Cette biographie est des plus plates.

 

Au lieu d'avoir un personnage qui évolue (en se renforçant) par les évènements, Hypathie est étrangement monolithique. Je comprends le parti pris féministe, mais le terme de sorcières, n'est pas le bon, ici. Ce ne sont pas des sorcières. Juste des femmes, et la bêtise des hommes.
L'idée de défendre ces femmes est intéressante, mais l'angle de la sorcellerie sans doute peu pertinent.

Hypathie **
Commenter cet article

dasola 02/09/2011 22:03


Bonsoir Akialam, je te conseille de voir Agora d'Alejandro Amenabar qui raconte l'histoire d'Hypathie. La sorcellerie ne joue aucun rôle. Son seul tort est d'être une femme et d'être un esprit
libre. Bonne soirée.


akialam 05/09/2011 14:13



Oui, oui, je l'ai vu à sa sortie


http://akialam.over-blog.com/article-agora--43399481.html


J'ai trouvé qu'il s'agissait d'un bon film, avec une réflexion sur le bien et le mal assez intéressante.