Hamlet ***

Publié le 7 Octobre 2012

hamlet_zefirelli_gibson_glenn_close-bonham_carter.jpgDe Franco Zeffirelli

 

Un nouveau monarque règne sur la cour du Danemark, Claudius, qui vient d'épouser la reine Gertrude. Le remariage hatif et incestueux de son oncle avec sa mère n'est pas fait pour plaire au jeune prince Hamlet. Une nuit, le spectre de son père lui apprend qu'il a été empoisonné par Claudius et lui impose le devoir terrible de le venger.

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit tour en Shakespearie avec ce film datant de 1992, par Franco Zeffirelli, grand amateur de Shakespeare et d'opéra, qui a adapté entre autres une célèbre Traviata et un non moins célèbre Roméo & Juliette manquant encore à ma culture.

 

Ce que j'aime, chez Shakespeare, c'est la façon dont ses oeuvres semblent pouvoir donner lieu à de multiples adaptations avec sans cesse de nouvelles interprétations, sans doute même avec une certaine universalité. Probablement est-ce pour cette raison même que, régulièrement, fleurissent de nouvelles versions sur grand écran, ce qui n'est pas sans me déplaire.

 

Rien que pour Hamlet, on compte pas moins de 4 versions cinématographiques : celle de Laurence Olivier en 1948, puis celle dont il est question ici. En 1997, sort le film de Kenneth Branagh, que j'ai découvert il y a quelques mois, suivi de près en l'an 2000 par une version modernisée de Michael Almereyda qui m'a laissée une forte impression lorsque j'étais jeune étudiante.

 

A vrai dire, cette version de 1992 est assez intéressante, car je n'avais jamais senti un Hamlet aussi violent et aussi désespéré que celui ci. Les acteurs sont bons, avec une mention spéciale pour Glenn Close et Helena Bonham Carter, respectivement la reine Gertrude et la douce Ophélia. Ces deux actrices, que l'on sait déjà excellentes, mettent tout leur art dans l'incarnation de personnages d'autant plus complexes qu'ils sont les seules entités féminines de ce drame. La réalisation est très classique, et le décor marquant par son austérité sans doute proche de la réalité historique d'une cour médiévale sur ces territoires perpétuellement en guerre.

 

Une version qui a le mérite de rester fidèle à l'original, quitte à verser dans un académisme que certains pourraient qualifier d'ennuyeux.

Commenter cet article

Mrs B 27/11/2012 07:28

merci pour cet article. Je cherchais justement une adaptation ciné de Hamlet après avoir étudié Romeo+Juiet l'an dernier avec mes élèves je voulaischanger un peu et un film motive toujours en
classe!

akialam 27/11/2012 08:09



Roméo + Juliet est vraiment l'un de mes films favoris, sans doute parce que je l'ai justement découvert à l'adolescence et que j'aimais l'esprit "dépoussiérant" de Baz Luhrman.


Pour Hamlet, il y a plein de versions différentes, mais des deux dernières que j'ai vues, j'ai tout de même légèrement préféré celle de Kenneth Branagh, sans doute un peu plus classique dans le
jeu (mais moins historicisante dans les costumes), plus proche de l'image de j'avais de l'ouvrage d'origine. Côté version modernisée, le Hamlet de Almereyda est
également vraiment pas mal, et les obsessions de Hamlet bien traduites, je trouve :) 


Bonne chance avec les élèves !


 



syl 11/10/2012 22:37

Bonjour,

J'ai lu votre article sur Hamlet sur SCsenscritique. Pour moi la version de Zeffirelli est mauvaise mais ça s'explique:
c'est sur mon blog http://horatio.hautetfort.com/franco-zeffirelli/
Au plaisir de vous lire
Sylvain