Femmes du Caire ****

Publié le 25 Juin 2010

femmes-du-caireDe Yousry Nasrallah

Le Caire, de nos jours. Hebba et Karim forment un couple de journalistes à succès, jeunes, riches et beaux. Hebba anime un talk-show politique, mais sa pugnacité anti-gouvernementale met en danger la promotion qu'attend son mari. Il lui met la pression ; elle promet de mettre un peu d'eau dans son vin. Son émission troque alors la politique pour des faits divers féminins. Le succès est immédiat : Hebba passionne des millions de spectateurs avec des histoires vraies, pleines de surprises, de violences, de rebondissements, les emmenant des bas-fonds du Caire à la jet-set, impliquant des membres du gouvernement, dans un tourbillon de sensualité et d'inventivité romanesque. Mais où s'arrête la politique, où commence la question de la condition féminine ? Hebba se retrouve très vite en terrain miné fait d'abus, de tromperies religieuses, sexuelles et... politiques. De conteuse, Hebba devient elle-même une histoire.



Un film très pessimiste sur la condition de la femme en Egypte. Un film politique, en filigrane. Quelle que soit la voie que choississent ces femmes, libération, tradition ou modernité, mariage ou célibat, quel que soit leur milieu social, leur éducation, leur âge, toutes finissent broyées. Par un mari ou un oncle qui les domine, un chasseur de dot, un amant qui les trompe. Qu'elles tentent de résister ou non, toute solution est inexorablement vouée à l'échec. La résistance de certaines, petits bouts de femmes face à des hommes qui les dominent en taille et en pouvoir force l'admiration. Des scènes fortes, quelques légers ratages (la scène de combat), des symboles partout, vraiment partout, sans doute un peu trop.

Bizarrement, le film n'aborde que très peu le thème de la maternité (tout du moins avec la présence d'un enfant) qui pourtant me semble fondamental lorsqu'on traite du couple et de la condition féminine. Ce fait renforce l'impression de désespoir et de voies sans issue.


Le réalisateur considère-t-il que les hommes sont mauvais "par essence", ou que la société machiste dans laquelle ils baignent les amène forcément à de tels comportements ? J'opterais plutôt pour la deuxième solution. Maintenant, je serais curieuse d'en discuter avec des femmes égyptiennes. Comment ont-elles perçu ce film ? Tiré par les cheveux, réaliste ? Le point de vue européen, et plus particulièrement français sur certaines questions comme le poids de la religion, le voile, la place des femmes, est forcément différent, et il est toujours délicat de faire une analyse "de l'extérieur", quant on ne connaît pas bien la société du pays en question.


Un film poignant sur la condition des femmes, beau et cruel à la fois. Sans solutions, il propose un constat très noir. Déprimées, s'abstenir. Pour les autres, mêmes celles qui, comme moi, ne sont pas féministes à outrance, ce film est un vrai choc.

Commenter cet article

saxaoul 01/07/2010 07:46


euh;;; J'ai voulu dire je le regarderai !


akialam 01/07/2010 09:02



après, tout, on dit bien un lecteur dvd... lol!


 



saxaoul 01/07/2010 07:45


Un sujet intéressant ! Je le lirai peut-être un jour en DVD.