Exposition Miró sculpteur *

Publié le 13 Mai 2011

Miro_Sculpteur_Affiche.jpgMusée Maillol
du 16 mars au 31 juillet

 

J'ai toujours été du genre curieux. C'est sans doute une de mes grandes qualités, mais également un de mes plus grands défauts, car j'ai beaucoup de mal à concevoir que l'on puisse être autrement. Le manque de curiosité et le mépris sont les deux choses que je supporte le moins chez les autres.

C'est donc par pure curiosité que je me suis rendue à l'exposition Miró sculpteur, suite à une invitation et visite guidée gagnées sur Internet. Par pure curiosité, disais-je, car je n'aime pas Miró. Jugement fondé sur des à priori, car je ne connais pas bien son oeuvre :  A peine avais-je en tête quelques images de tableaux ornés de lignes colorées et d'étoiles. J'ai donc saisi cette occasion gracieusement offerte par le hasard de découvrir Miró en tant que sculpteur, dans l'espoir de parvenir, grâce au concours de la guide, sinon à apprécier l'artiste, du moins à en comprendre la démarche.

Je dois avouer avoir été déçue : d'abord par le niveau de la guide, dont les explications, ponctuées de "peut-être' et de "je crois", m'ont paru insuffisamment fondées. J'ai trouvé qu'elle n'arrivait pas établir cette grille de lecture qui permet d'ordinaire de poser les bases afin de décrypter l'oeuvre d'un artiste. Sans cet élément fondamental, point de compréhension.

N'écoutant que d'une oreille, je me suis donc tournée plus simplement vers les oeuvres elles-mêmes et tenté de les aborder de façon plus frontale mais sans grande conviction. Ce que l'on voit, ce sont des objets de récupération, un travail du métal sur des textures, de la corrosion, et une très certaine recherche d'équilibre, d'harmonie. En suivant les écriteaux, j'ai essayé de trouver des liens entre les titres des oeuvres exposées et leur forme, parfois avec beaucoup d'imagination, souvent en vain. Peut-être suis-je trop terre à terre ? Peut-être suis-je trop en recherche de sens au lieu de me laisser porter par l'esthétique, par l'impression ? Ces explications, plausibles, me donnent l'impression in fine de ne  pas avoir davantage compris cet artiste, pourtant majeur dans l'histoire de l'art du 20e siècle. Et de ne pas l'apprécier davantage.

J'espérais profiter de cette occasion pour me faire une nouvelle idée sur Miró. Mon idée n'a pourtant pas vraiment changé mais je me représente bien mieux ce qu'est son travail, dans la partie sculpture tout du moins. Et, si je peux à présent réaffirmer que je ne suis pas sensible à son oeuvre sculptée, il demeure tout de même un point positif : désormais, c'est en toute connaissance de cause.

 

Commenter cet article