Exposition France 1500 **

Publié le 9 Janvier 2011

affiche-expo-france-1500.pngExposition France 1500 :

entre moyen-âge et Renaissance

6 octobre 2010 au 10 janvier 2011

Grand Palais


Et encore une fois, je publie un article après la fermeture de l'expo... A ma décharge, j'ai visité cette exposition avant-hier seulement, ce qui explique cet article tardif.

Pour être tout à fait honnête, j'ai trouvé l'exposition un peu décevante. La qualité des objets exposés était grande, mais le manque de pédagogie m'a vraiment agaçé. Une exposition au grand palais est tout de même d'ordinaire censée être grand public. En d'autres termes, lorsqu'on traite d'une époque comme le Moyen-âge, et a fortiori de périodes charnières, comme l'est l'année 1500, on peut se permettre de retracer un peu le contexte historique et politique. Au moins brièvement. Au lieu de cela, on rentre tout de suite dans le détail, par région, sans explications, ou si peu.
Mais que veut donc démontrer cette exposition ? J'ai plusieurs hypothèses sur le sujet bien que nulle ne me satisfasse pleinement. Si on souhaitait démontrer que 1500 est une année charnière, ce que le sous titre semble signifier, le sujet aurait mérité une explication sur l'apparition de la perspective par exemple ou les modification de style. De même si l'on souhaitait prouver (comme on me l'a dit), que la Renaissance avait déjà commencé à percer avant que François premier ne la ramène d'Italie.

Au lieu de cela, il semblerait que cette exposition s'attache simplement à montrer un état des lieux de la production aux alentours de 1500, par région, ce qui pour un néophyte, et sans explication, présente un intérêt réduit. 
Il m'aurait semblé plus enrichissant de classer les objets par thème, ce qui aurait alors permis de voir les différences de traitement d'un même sujet en fonction des régions, selon qu'elles subissent l'influence flamande ou italienne. Par exemple, comparer les représentations de Marie, tantôt hiératique, tantôt beaucoup plus maternelle, ou bien celles du corps de l'enfant, complètement différentes d'une époque à l'autre. Une recherche de sens très frustrante, en ce qui me concerne.

Au final, les explications sont trop peu nombreuses et trop complexes pour qui ne maîtrise pas parfaitement le contexte historique et politique. Sans être une spécialiste, il me semblait tout de même avoir quelques notions d'histoire et d'histoire de l'art, les organisateurs m'ont prouvé que je n'y connaissais rien, en ne daignant pas "s'abaisser" au niveau du visiteur. C'est presque vexant.
 
Reste que les éléments présentés sont de très grande qualité, avec des objets de culte ouvragés très beaux, des statues au naturel saisissant, des manuscrits et des vitraux aux couleurs éclatantes. Mais ce qui fait la valeur d'une exposition, ce n'est pas seulement la qualité de ses objets, mais aussi et surtout la pédagogie qui entoure leur rassemblement. On peut faire des expositions fantastiques avec des tessons de poterie pour peu qu'on retrace leur histoire, leur utilisation, leur iconographie, que l'on reconstruise la civilisation qui les a produits. Bref, les objets, comme l'art en général, ne se comprennent que dans leur époque.

Les spécialistes qui ont conçu cette exposition se sont fait plaisir en rassemblant des objets exceptionnels et en rédigeant des explications sans vulgarisation. C'est frustrant lorsqu'on imagine le potentiel de cette exposition dans l'éclairage comparatif de l'art du moyen-age et de celui de la renaissance. Hélàs, les organisateurs ont oublié de prendre en compte l'essentiel : le public.

 

Commenter cet article