Et maintenant, on va où ? ***

Publié le 16 Janvier 2012

et-maintenant-on-va-ou-nadine-Labaki.jpgDe Nadine Labaki

 

 

Sur le chemin qui mène au cimetière du village, une procession de femmes en noir affronte la chaleur du soleil, serrant contre elles les photos de leurs époux, leurs pères ou leurs fils. Certaines portent le voile, d'autres une croix, mais toutes partagent le même deuil, conséquence d'une guerre funeste et inutile. Arrivé à l'entrée du cimetière, le cortège se sépare en deux : l'un musulman, l'autre chrétien.

Avec pour toile de fond un pays déchiré par la guerre, ET MAINTENANT ON VA OÙ ? raconte la détermination sans faille d'un groupe de femmes de toutes religions, à protéger leur famille et leur village des menaces extérieures.

Mais quand les événements prendront un tour tragique, jusqu'où seront-elles prêtes à aller pour éviter de perdre ceux qui restent ?

 

 

Dans les films de Nadine Labaki, il y a le Liban : Une terre multiculturelle et multiconfessionnelle déchirée par les guerres. Une certaine douceur de vivre à l'orientale. Une tolérance qui peut se muer en haine dès lors que l'on souffle sur les braises.

 

Après Caramel, qui avait pour cadre un salon de beauté à Beyrouth, nous voici à l'opposé, dans un petit village de montage cerné par les mines.Mais les femmes sont toujours au coeur du cinéma de Labaki, et ce sont elles qui tentent, bon an, mal an, de maintenir la paix entre chrétiens et musulmans du village, en jugulant l'influence de l'extérieur. Là où les religieux de chaque bord échouent à calmer leurs ouailles qui s'entredéchirent, les femmes trop souvent endeuillées vont tenter de ramener la Paix, prêtes à sacrifier ce qu'il leur reste pour ne pas voir mourir tous leurs proches.

 

J'aime l'ambiance orientale des films orientaux, où les fêtes semblent interminables, où les deuils sont démonstratifs, où la solidarité s'exprime parfois sous des abords rudes, où l'on parle fort et où les sentiments les plus extrêmes semblent déborder sans cesse.

 

Des actrices que l'on sent engagées dans leur rôle, un sens du comique qui croque avec tendresse les personnages, des moments de poésie pour un film touchant, dont la morale pourrait sembler simpliste, mais où, malgré les drames, émane une certaine lueur d'espoir qui fait plaisir à voir.

 

Commenter cet article

ici ou ailleurs 06/02/2012 16:38

il faut que je le voie ! j'avais beaucoup aimé "Caramel" :)

akialam 06/02/2012 16:44



c'est aussi féministe sans être revendicatif !



Mango 26/01/2012 20:50

Je n'ai pas vu le film mais je trouve que c'est un très beau thème et je sens qu'il devrait me plaire.

akialam 27/01/2012 11:04



Je ne peux que te le conseiller. Je crois même qu'il sort en dvd dans les prochaines semaines !



FT 24/01/2012 13:12

Bonjour Akialam! J'avais effectivement entendu parler de ce film, sur un sujet qui m'a toujours sensibilisé. J'ai vu il y a quelques jours un film-documentaire de Sanifez Bousbia, El Gusto. La
réalisatrice est elle à la croisée de plusieurs cultures et religions- juive et musulmane, française et algérienne- et a réussi à réunir après 50 ans les musiciens et chanteurs populaires de
l'Algérie d'avant les "évènements", pour former un ensemble orchestral étonnant, où la musique a été au delà des vieilles haines et drames.Nous avons été très touchés par ce film et ces
retrouvailles filmées sur le vif avec beaucoup d'émotion! Au proche orient il y a de nombreuses histoires de rapprochement à l'initiative des femmes. J'ai lu il n'y a pas longtemps "les lauriers du
lac de Constance" de Marie Chaix, qui est en fait la soeur de la chanteuse Anne Sylvestre dont la chanson " Une Sorcière comme les Autres" m'a toujours beaucoup touché, et questionné. Et cette très
belle chanson, c'est en fait l'histoire de sa mère, et du combat des femmes, épouses et mères contre la guerre des hommes, et c'est un thème que l'on retrouve partout où la guerre a endeuillé les
familles. Si j'ai un peu de temps j'irais voir "Et maintenant où va-t-on?", je fais confiance à ta sensibilité. Bonne journée Akialam !

akialam 24/01/2012 16:02



Je crains qu'il ne faille attendre le dvd maintenant, le l'ai revu dans le cadres des "incontournables UGC" qui reprogrammait les meilleurs films de l'an dernier...


Je suis au final assez peu familière avec la situation du moyen-orient et des religions si ce n'est avec ce qu'on en entend dans les médias, forcément un peu déformé. Il faudrait que je me penche
sur la question plus sérieusement, à l'occasion !