Bel-Ami ***

Publié le 26 Juin 2012

bel-ami-film.jpgDe Declan Donnellan et Nick Ormerod

 

À Paris, à la fin du XIXe siècle, Georges Duroy, jeune homme ambitieux, est déterminé à se hisser au sommet d'une société qui le fascine. Des mansardes miteuses aux salons les plus luxueux, usant de son charme et de son intelligence pour passer de la pauvreté à la richesse, il quitte les bras d'une prostituée pour ceux des femmes les plus influentes de la capitale. Dans un univers où la politique et les médias mènent une lutte d'influence acharnée, à une époque où le sexe est synonyme de pouvoir et la célébrité une obsession, Georges Duroy ne reculera devant rien pour réussir.

 

 

Adaptation d'une oeuvre célèbre de Maupassant, ce film s'intéresse à l'ascension sociale d'un jeune homme ambitieux, ascension qu'il va devoir aux femmes.

 

Ce film en costumes marque, avec Cosmopolis (que je n'ai pas encore trouvé le temps de voir) le deuxième grand rôle post-Twilight de Robert Pattinson.  Si le garçon s'en sort honorablement, les trois actrices qui l'entourent crèvent littéralement l'écran, composant un trio de femmes flamboyant.

 

Quant à savoir si l'adaptation est fidèle à l'oeuvre originale, je ne saurais pas vraiment le dire : cette lecture date déjà d'il y a au moins dix ans, et comme souvent lorsqu'on doit lire un livre pour l'école, je n'en garde pas un souvenir mémorable. Toutefois, je crois que l'esprit est demeuré : amoral, cynique, où l'on ménage surtout les apparences sociales.

 

Les costumes et les décors somptueux redonnent vie à une époque où l'arrivisme semblait être la norme, et le film réussit à ménager quelques beaux plans. Malheureusement, ces derniers sont noyés dans une réalisation sinon faiblarde du moins conventionnelle au point que certains critiques ont traité Bel-Ami de téléfilm luxueux. Si je trouve l'attaque un peu forte, je dois néanmoins avouer que la comparaison avec les Liaisons Dangereuses est, selon moi, largement usurpée. Bel-Ami n'a pas la virtuosité de son modèle et Pattinson n'est certainement pas Malkovich.

 

Un film, qui, sans être le chef-d'oeuvre qu'on a voulu nous faire croire, réussit tout de même à captiver le spectateur grâce à un trio d'actrices incroyable et des décors somptueux.

 

Commenter cet article

FT 09/07/2012 13:12

Bonjour Akialam! Je ne doute pas du grandiose des belles reconstitutions des films américains, mais je suis réticent vis à vis des adaptations des classiques, surtout Maupassant que j'adore lire
(celle de Marie Antoinette m'avait un peu déçu)! Je reconnais que suivre la scolarité de ses enfants permet de retrouver et relire les grands auteurs, et on les comprend bien mieux qu'au lycée.
L'histoire de Bel Ami est vraiment exemplaire de l'ascension d'un arriviste, avec Une Vie c'est le roman de Maupassant que je préfère et cette histoire pourrait être transposée de nos jours, rien
n'a vraiment changé dans la société. Aussi peut-être que je ne mettrais pas ce film en tête des sorties de juillet, sauf bien sûr si ma chérie- qui adore aussi Maupassant- insiste pour que je
l'accompagne, ce qui ne se refuse jamais! Bonne semaine Akialam!

akialam 11/07/2012 08:18



J'aime bien pour ma part les adaptations classiques, et ce pour deux raisons : d'abord, j'aime voir à l'écran des histoires qui m'ont plu, et ensuite, je trouve que c'est un bon moyen d'amener
certains spectateurs vers des lectures qu'ils n'auraient sans doute pas imaginé. A vrai dire, je trouve que le cinéma est un formidable moyen de désacralisation des classiques !


Maintenant, si l'adaptation est loupée, on est toujours pas mal déçu ! :)