La comtesse de Cagliostro ***

Publié le 23 Août 2009

La comtesse de Cagliostro , de Maurice Leblanc

Genre: Aventures
Lieu et époque: France, fin du 19e siècle

Voici les premières aventures d'Arsène Lupin, du moins chronologiquement. C'est d'ailleurs la raison qui m'a poussée à commencer la série par ce tome-ci. Outre les rebondissements qui entretiennent le lecteur dans un suspense permanent, on y découvre un Arsène Lupin, alors encore Raoul d'Andrésy, sans doute plus fragile qu'on ne l'imaginait. Cependant, malgré sa jeunesse, il y développe déjà un grand art de la déduction, de la négociation, et de la manipulation, auprès de sa maîtresse en ce domaine, comme en d'autres, la Comtesse de Cagliostro, énigmatique et ô combien machiavélique, un beau et terrible personnage de femme. Et il paraît qu'entre les deux, l'affaire n'est pas encore close... Vivement la suite!


4e de couverture:
C'est ici la première aventure d'Arsène Lupin, et sans doute eût-elle été publiée avant les autres s'il ne s'y était maintes fois et résolument opposé.
"Non, disait-il, entre la comtesse de Cagliostro et moi, tout n'est pas rêglé. Attendons."
L'attente dura plus qu'il ne le prévoyait. Un quart de siècle se passa avant le rêglement définitif. Et c'est aujourd'hui seulement qu'il est permis de raconter ce que fut l'effroyable duel d'amour qui mit aux prises un enfant de vingt ans et la fille de Cagliostro.  

Extrait:
Ces jours-là, Raoul s'ennuyait fort. Aussi, à Mantes, se trouvant encore seul, il loua une bicyclette et roula quelque temps à travers la campagne. Après avoir déjeuné, il aperçut, au sortir d'une petite ville, une vaste maison dont le jardin était rempli de gens. Il s'approcha. On vendait aux enchères de beaux meubles et des pièces d'argenterie.
Désoeuvré, il fit le tour de la maison. Un des pignons se dressait dans une partie déserte du jardin, et au dessus d'un bosquet feuillu. Sans trop savoir à quelle impulsion il obéissait, Raoul, avisant une échelle, la dressa, monta et enjamba le rebord d'une fenêtre ouverte.
Il y eut un léger cri à l'intérieur. Raoul aperçut Joséphine Balsamo, qui se reprit aussitôt et lui dit d'un ton très naturel.
"Tiens, c'est vous, Raoul? Je suis en train d'admirer une collection de petits livres reliés... Des merveilles! Et d'une rareté !
Ce fut tout. Raoul examina les livres et empocha trois elzévirs, tandis que la comtesse, à l'insu de Raoul, faisait main basse sur les médailles d'une vitrine.
Ils redescendirent l'escalier. Dans le tumulte de la foule, personne ne remarqua leur départ.
A trois cent mètres de distance, la voiture attendait.
Dès lors, à Pontoise, à Saint-Germain, à Paris, où la Nonchalante, amarrée en face même de la préfecture de police, continuait à leur servir de logis, ils "opérèrent" ensemble.
Si le caractère renfermé et l'âme énigmatique de la Cagliostro ne se démentaient pas dans l'accomplissement de ces besognes, la nature primesautière de Raoul reprenait peu à peu le dessus, et chaque fois l'opération finissait en éclats de rire.
Tant qu'à faire, disait-il, puisque j'ai tourné le dos au sentier de la vertu, prenons les choses allègrement, et non pas sur le mode funèbre, comme toi, ma Josine.
A chaque épreuve, il se découvrait des talents imprévus et des ressources qu'il ignorait. Parfois, dans un magasin, aux courses, au théâtre, sa compagne entendait un petit claquement de langue joyeux, et elle voyait alors aux mains de son amant, une montre, à sa cravate une épingle nouvelle. Et toujours le même sang-froid, toujours la sérénité de l'innocent que nul danger ne menace.
Commenter cet article

Yaneck 01/11/2010 13:37


J'ai grandi avec tous les Arsène lupin, ça me rappelle des souvenirs tout ça. Quel merveilleux personnage...


akialam 01/11/2010 13:50



Il faut que je me mette aux autres !



LN 04/09/2009 14:12

Arsène Lupin ça me rappelle le début de mon adolescence. Je crois que je les avaient tous lus à l'époque.

loulou 30/08/2009 17:47

je viens d'apprécier la lecture de la nouvelle "le collier de la reine" !