Hairspray ***

Publié le 27 Mai 2009

Hairspray, de Adam Shankman

Genre: comédie musicale
Lieu et époque: Baltimore, années 60's

Parmi mes nombreux défauts, je compte une adhésion pathologique aux comédies musicales. Celle-là, que m'avait vantée une de mes collègues et dont j'avais eu un aperçu un soir qu'elle le visionnait, m'avait plu par son décor "sixties", et, n'ayant pas encore succombé au charme adolescent de Zach Efron (plus de mon âge, encore que ?), j'avais aimé l'idée de Travolta travesti en corpulente môman. Effectivement, on passe un bon moment à visionner ce film, malgré des clichés plus qu'appuyés, tellement qu'on en frise l'overdose par endroits: blanche super raciste, blonde mince contre brune toute en formes, réac's contre progressistes, le plus beau avec celle qu'on considérait la plus laide selon les canons de beauté, jeune blanche avec jeune noir et leur amour "reprouvé". Parfois vibrant, parfois un peu lourd, le message sera, vous l'aurez compris, un appel à la tolérance avec un soupçon de "vivez vos rêves". Heureusement, les musiques, entraînantes, rattrapent le coup, juste le temps de se souvenir que le genre des comédies musicales donne rarement dans la dentelle scénaristique, et que c'est surtout l'ambiance et la musique qu'il faut en retenir. Ouf. Sauvé. Tant indulgence, c'est grave docteur ?

Résumé:
Malgré son physique passablement arrondi, la jeune Tracy n'a qu'une idée en tête : danser dans la célèbre émission de Corny Collins. Par chance, ce dernier assiste à une de ses performances au lycée et lui propose de venir rejoindre son équipe. Tracy devient instantanément une star, s'attirant du même coup la jalousie d'Amber, qui régnait jusqu'ici sur le show.
Commenter cet article