Le Noël d'Hercule Poirot ****

Publié le 24 Mars 2009

Le Noël d'Hercule Poirot, d'Agatha Christie

Genre: Roman policier
Lieu et époque: Angleterre, années 30.

Un bon Poirot. Ici, le dénouement est parfaitement crédible, par rapport à d'autres ouvrages du même auteur où la fin est vraiment tirée par les cheveux. Des secrets de famille, des rancoeurs inavouées, le poids du passé... tous ont une raison d'avoir voulu tuer Simeon Lee, et tous ont une bonne raison de mentir à Hercule Poirot, qui comme d'ordinaire, finit par démêler cette pelote d'énigmes. Des personnages vraiment marqués que l'on voit essayer de se disculper, mensonge après mensonge pour tenter de cacher leurs secrets mesquins. Ridicules, mêmes, pour certains. Une bonne histoire, des personnages savoureux: un roman policier comme on les aime. 


4e de couverture
:

Pour la première fois depuis vingt ans, le vieux Simeon Lee a décidé de réunir tous ses enfants pour les fêtes de fin d'année. Le 24 décembre, on le trouve sauvagement assassiné dans sa chambre. Tout le monde, évidemment, détestait ce vieillard cynique: Alfred et sa femme pour la tyrannie qu'il exercait sur leur couple, David pour les humiliations dont il a abreuvé sa mère, George pour la rente - trop parcimonieuse à son goût - qu'il lui sert, Harry, le fils prodigue, pour le mépris dans lequel il le tient. Et puis il y a ce mystérieux Mr Farr qui vient d'Afrique du Sud. Et la jeune Pilar, la petite-fille espagnole qui a déclaré froidement que, si elle avait un ennemi, elle n'hésiterait pas à lui trancher la gorge. Le vieux Simeon n'aurait pas dû faire part devant tout le monde de son intention de modifier son testament, il n'aurait pas dû faire cette scène détestable à ses enfants réunis, et il n'aurait
peut-être pas dû faire étalage de ses diamants devant Pilar...

Extrait:
Il agita un clochette posée près de lui sur la table et Hordbury apparut aussitôt.
- Dites à Mr Alfred de monter, ordonna Simeon.
Hordbury sortit et Harry grommela:
- Ce type-là écoute aux portes!
- Probablement, dit Simeon avec un hussement d'épaules.
Alfred arriva ventre à terre. Son visage se contracta quand il vit son frère.
- Tu voulais me voir, Père ?
- Oui, assieds-toi. j'étais en train de me dire qu'il allait falloir réorganiser un peu la maison maintenant que nous avons deux personnes de plus.
- Deux?
- Pilar va rester vive ici, naturellement. Et Harry est revenu pour de bon.
- Harry va habiter ici? dit Alfred.
- Pourquoi pas mon vieux? dit Harry.
Alfred se tourna vivement vers lui:
- J'aurai cru que tu le comprendrais tout seul!
- Eh bien désolé, mais je ne vois pas.
- Après tout ce qui s'est passé ? La façon honteuse dont tu t'es conduit. Le scandale...
Harry eut un geste d'insouciance:
- Tout ça, c'est du passé mon vieux.
- Tu t'es conduit d'une façon abominable envers Père, après tout ce qu'il avait fait pour toi.
- Ecoute voir, Alfred, il me semble que c'est l'affaire de Père, pas la tienne. S'il prefère oublier et pardonner...
- C'est bien mon intention, dit Simeon. Harry est mon fils, après tout.
- Oui mais moi ça me scandalise, pas égard pour toi, Père.
- Harry revient à la maison! dit Simeon d'un ton ferme. Je le veux.(Il posa doucement sa main sur l'épaule de ce dernier.) J'aime beaucoup Harry.
Alfred se leva et quitta la pièce, le visage décomposé. harry se leva également et le suivit en riant.
Simon se mit à ricaner doucement.
Commenter cet article