L'ombre du vampire ***

Publié le 19 Mars 2009

L'ombre du vampire, de Ellias Merhige

Genre: fantastique
Lieu et époque: Allemagne, années 20

Je ne connais pas l'oeuvre de Murnau. Comme presque tout le monde, j'ai bien aperçu quelques images de son "Nosferatu" quelque part à la télévision, mais je ne l'ai pas vu en entier. Je ne connais rien non plus du réalisateur ou de l'histoire réelle de la genèse de ce film. Ce qui me fait penser que j'ai probablement manqué une partie du sens de "Shadow of the vampire". Néanmoins, il reste à souligner que se fonder sur une histoire vraie au départ permet au réalisateur d'ancrer son film dans un contexte particulier, et de jeter le doute sur le spectateur en donnant une belle crédibilité à toutes ses scènes. On en revient à la définition même du fantastique. D'autre part, la prestation de Willem Dafoe est époustouflante, faisant presque oublier celle de John Malcovich, pourtant aussi fou qu'on peut l'être en réalisateur prêt à tout.  J'ai le sentiment frustrant d'avoir confusément deviné que de nombreux éléments dans la lumière si particulière, ou le cadrage, rendent hommage à Murnau, sans pouvoir en avoir la certitude, ne connaissant pas son oeuvre ni son histoire. Ce fait me gâche un peu le plaisir du film, qui n'en reste pas moins une oeuvre intéressant, où les images sont belles et mystérieuses, où les personnages fascinent par leur noirceur.

Résumé :
En 1921, Friedrich Murnau entreprend le tournage de sa version de "Dracula" : "Nosferatu". Contrevenant un peu aux règles de l'expressionnisme, il décide de tourner en décors naturels et emmène son équipe dans une campagne retirée de Tchécoslovaquie. L'acteur qui doit incarner le vampire, Max Schreck, est parti sur les lieux avant tout le monde pour s'imprégner de son personnage. Dès sa première scène, il terrorise son partenaire. Il n'apparaît jamais à visage découvert, adopte une attitude déconcertante et vit dans l'ombre, retiré de l'équipe, qui commence à s'inquiéter.
Commenter cet article