Le maître de thé **

Publié le 13 Janvier 2009

Le maître de thé, de Yasushi Inoué

Genre: roman
Lieu et époque : Japon 16e siècle

Il est difficile de saisir le sens profond de cet ouvrage. Sans doute mon ignorance quasi-totale de la cérémonie du thé a-t-elle largement contribué à l'opacité de ma compréhension de cette quête. Quelles sont les étapes de la cérémonie traditionnelle? En quoi le type d'ustensiles est-il si déterminant? Quels sont les principes du style dit "simple" par rapport aux autres?
A mes yeux d'occidentale néophyte dans ce domaine, cet ouvrage est par trop mystérieux pour qu'on s'y accroche malgré une dernière partie un peu plus accessible, probablement car plus universelle. Ce livre a tout de même réussi à piquer mon orgueil au vif, tant cela m'énerve de ne pas comprendre. La cérémonie du thé sera incontestablement un sujet sur lequel il falloir que je me penche.



4e de couverture:
"Monsieur Rikyû a assisté à la mort de beaucoup de samouraïs... Combien d'entre eux ont dégusté le thé préparé par Monsieur Rikyû avant d'aller trouver la mort sur le champ de bataille ? Quand on a assisté à la mort de tant de guerriers, on ne peut pas se permettre de mourir dans son lit!"
Non, monsieur Rikyû (1522-159), Grand Maître de thé issu du bouddhisme zen, n'est pas mort dans son lit! Il s'est fait hara-kiri à l'âge de 69 ans. Pourquoi s'est-il donné la mort? Un vieux moine, son disciple, tente d'élucider le mystère de ce suicide.

Extrait:

La nuit était déjà bien avancée quand je sortis du temple Shinnyo-do pour rentrer chez moi, où je passai le reste de la soirée plongé dans mes pensées, à me remémorer les propos que nous avions échangés: il y avait des sujets dont j'aurais dû lui parler mais je ne l'avais pas fait, et des questions que j'aurais dû lui poser mais je n'avais osé le faire, ou bien je lui avais dit une chose alors que j'aurais dû en dire une toute autre...J'étais à présent assailli de multiples regrets, me demandant pourquoi j'avais répondu comme je l'avais fait. J'avais mille préoccupations en tête, mais c'était normal: j'étais très excité d'avoir rencontré l'un des proches de Maître Rikyû après si longtemps...
"Toi qui es jeune, pourquoi te caches-tu ainsi? m'avait dit Monsieur Toyobo. Tu es entré dans la Voie du Thé, c'est donc là qu'est ta place."
C'est exactement celà: j'ai déjà plus de quarante ans, on ne peut donc pas dire que je sois jeune, et d'ailleurs j'ai été incapable de répondre à sa question.
M'éloigner du monde du thé n'a pas été une décision raisonnée, comme celle de me sacrifier pour Maître Rikyû: indécis de naissance, je n'ai d'ailleurs pas pu me résoudre à me sacrifier pour Maître Rikyû comme l'aurait fait un véritable homme de thé...


Commenter cet article