Noir Ivoire ****

Publié le 19 Septembre 2008

Noir Ivoire, de Rémy Frétille

Genre: Roman d'aventure
Lieu et époque: république démocratique du Congo, début des années 80.

Ceux qui me connaissent auront sans doute d'emblée compris, au vu du nom de l'auteur, pourquoi cet ouvrage est si  particulier pour moi, et il ne fait aucun doute que ce fait a influencé ma façon de le lire et de l'apprécier. J'ai beaucoup aimé ces aventures africaines, l'évocation du microcosme blanc, des peurs et des croyances, de ces particularités qui font du continent africain une terre à la fois fascinante et effrayante à nos yeux d'Européens. On suit avec attention les tribulations de ce jeune officier blanc dans un récit où l'humour et le drame se côtoient, avec parfois de vrais moments de poésie.

4e de couverture:
Il aime l'Afrique, il aime sa magie et ses mystères ; il aime les peurs qu'elle provoque et les désirs aussi ; il aime le goût pur de l'aventure vécue et du devoir accompli, comme ça tout simplement : celà n'a pas d'importance, voilà pourquoi c'est si important.

Extrait:
- Tango ici Caïman, il y a de l'eau dans le gaz ? Parlez
- Non, dans le gazole!
- Tous les camions ?
- Non mais deux sur quatre.
- Trois, celui qui me suit est en rade aussi.
La radio grésilla de nouveau.
- Essayez de prendre contact avec une des unités qui font mouvement retour et demandez-leur d'envoyer par BLU un message au camp. Il faut qu'ils nous poussent au minimum cinq cents litres de gazole. Reçu.
La liaison devenait mauvaise et il dut répéter deux fois son message en détachant les mots. L'adjudant accusa réception.
Il ne restait plus qu'à purger le système d'alimentation des camions et attendre, Dieu seu savait combien de temps, le ravitaillement demandé. Le matin même, ils avaient fait le plein à la base logistique de la brigade. A un niveau quelconque de la chaîne de ravitaillement, on avait subtilisé du gazole dans les fûts et recomplété le niveau avec de l'eau. C'était ici monnaie courante.



Commenter cet article

alain destrieux 06/11/2008 23:38

je suis très fier d'être dans le blog d'Akialam !