Les contes d'Hoffmann ***

Publié le 11 Juin 2008

Les contes d'Hoffmann,
mise en scène de Julie Depardieu,
d'après l'oeuvre de  Jacques Offenbach


Notre premier opéra ! Depuis le temps que nous projetions d'y aller ma soeur et moi, c'est finalement grâce à un concours sur Paris Première que nous avons eu la chance d'y assister. Merci donc !
En tant que néophyte, il m'est difficile de juger de la qualité du spectacle, mais je dois avouer que j'ai eu beaucoup de plaisir  en tant que spectactrice à voir cet opéra. La mise en scène était originale, les décors vraiment beaux et le fait d'être en plein air ajoute encore à ce plaisir, le cadre des jardins du Sénat créant un décor magnifique en fond de scène. Côté personnages, j'ai tout particulièrement apprécié celui du diable, qui avait une voix si grave et théâtrâle !

Ce qui m'a choqué en revanche, c'est de voir les spectateurs partir avant la fin du spectacle: entre le deuxième et troisième acte, ce fut même l'hémorragie. A la fin du spectacle, peu d'applaudissements même, et la sortie des spectateurs dès le début des saluts, de sorte que nous n'étions plus qu'une poignée (comparé au nombre total des spectateurs) à être présents et à applaudir lorsque la metteur en scène (Julie Depardieu) est montée saluer, en dernier. J'ignore quelle était la qualité réelle du spectacle pour un initié et je dois admettre que les acteurs m'ont paru par moments surjouer, bien qu'il me semble qu'un peu comme au théâtre, (et qui plus est au vu de la grandeur de la scène), ce doive être la rêgle. Mais tout de même, ne serait-ce que par respect pour les artistes et le travail accompli, cette hémorragie de spectateurs m'a semblée d'une impolitesse crasse. Je dois être vieux jeu, mais celà m'a vraiment fait de la peine pour les chanteurs, d'autant plus que de là où ils étaient, ils devaient voir les gradins se vider de leur public!  C'est extrêmement perturbant et triste (foi de théâtreuse!)
Je voulais donc d'une part témoigner de mon plaisir de spectatrice (et tant pis si certains jugeront que j'ai mauvais goût), et d'autre part dénoncer cette impolitesse ! voilà, c'était mon coup de gueule du moment (rares, les coups de gueule sur ce blog tout de même!)



Résumé:
Dans une taverne de Nuremberg, Hoffmann raconte ses péripéties amoureuses: Olympia, Antonia et Giulietta, ses trois amours ont été malheureuses pour notre héros qui, chaque fois, a rencontré sur sa route le diable... qu'adviendra-t-il de sa nouvelle dulcinée, la cantatrice Stella ?

Commenter cet article

Jean-Loup DAIGRE 16/05/2009 21:21

Je partage oh combien votre avis, non sur cette production à laquelle je n'ai pas assisté, mais sur l'impolitesse du public parisien. C'est habituel depuis Tannhauser à l'Opéra et la cabale du Jockey Club. En Allemagne on ne se conduit pas ainsi!