Profession Délinquant **

Publié le 13 Décembre 2007

Profession-d--linquant.JPGProfession Délinquant de Elisabeth-Boyera Itofo

Genre: Roman dramatique
Lieu et époque: Banlieue parisienne, années 90

Un roman qui, je pense, décrypte bien l'engrenage infernal de la délinquance, et la quasi impossibilité de réintégrer la société, mais également dévoile ses codes, sa façon de procéder, le raisonnement qui en découle. Pour ma part, mon avis est plus que mitigé: sur le fond, je n'ai pas grand-chose à lui reprocher, ne connaissant rien d'autre à la délinquance que les clichés communs. Cependant, sur la forme, je dois avouer que j'ai été perdue dans le mode de déconstruction chronologique de l'histoire, je suis incapable de dire dans quel ordre se sont déroulés les faits. Peut-être que c'est voulu, mais en tant que lectrice, ça me perturbe. D'autre part, je n'ai pas vraiment suivi avec grand intérêt ce roman. Disons que la seule satisfaction que j'en ai retirée est purement intellectuelle, due à ce portrait d'un milieu en marge, et riche d'un point de vue supplémentaire sur ce sujet complexe. Instructif, mais pas vraiment intéressant en tant que roman.

4e de couverture: 
"Au coeur des cités sauvages", Mario, en lutte perpétuelle sur le ring de la société, déroule sa vie, leurs vies, non convenues. Le roman vrai des cités d'aujourd'hui, de la violence et des codes de la délinquance pas toujours comme on la croit ni la voit. Un ton à bout de souffle. L'auteur, directrice du centre d'"Enfance en danger" de Strasbourg, sait de quoi elle parle.
 

Extrait : 
C'est bizarre la vie. Tu sais que le bateau est pourri et que l'équipage est composé d'enfoirés qui te baiseront la gueule à la première occasion mais tu embarques et tu insistes pour faire partie du voyage.
Au début, tu as le privilège d'être avec eux tous les soirs, enfin c'est comme ça que tu le vois. S'ils t'aiment bien, ça roule mais s'ils t'aiment pas, tu es niqué parce qu'ils t'aimeront jamais. Quoi qu'il en soit, je me suis fait accepter par les anciens. 
La bonne volonté ne suffit paspour faire carrière. D'abord le milieu t'accepte et te reconnaît, mais, à chaque minute, tu as un nouveau challenge. faire face à toutes les situations de danger, braquer la poste, le tabac, être le meilleur, travailler rapidement, efficacement, résister aux interrogatoires de police.
Le mec sacrifie tout  pour la délinquance, sa famille, tout. Les enjeux sont trop importants pour négliger un détail. Même si un mec est amoureux, la nana ne compte pas. On reste entre mecs parce que les femmes, ça ralentit. Des fouteuses de merde. Fais pas ci, fais pas ça, ne va pas avec tes potes. Le bussiness avant tout. 
"Fais-le, on prend soin de ta femme s'il se passe quoi que ce soit. on va assumer". 
Une femme, c'est une possibilité de racket, de chantage. Pire si tu as des gosses. 
"Si tu ne le fais pas, on te nique toi et tes mômes".

Commenter cet article

Emilie 16/12/2007 19:18

Un livre que tu avais récupérer au Manuscrit, quand on avait fait du tri ? Moi je les avais tous donnés à une association... :)