Liberté du XVIIIe **

Publié le 8 Novembre 2007

9782070425297.jpgLiberté du XVIIIe de Philippe Sollers 

Genre: Essais

Un livre que je pensais autrement plus intéressant... La plupart du temps je n'ai rien compris à ce que disait l'auteur, à sa formulation, aux informations qu'il donne. La faute sûrement à un manque de culture de ma part. Du coup on ne s'y retrouve plus par exemple, aime-t-il Sade ou le déteste-t-il ? dans un essai il se prononce contre sa publication, puis au suivant, l'érige parmi les modèles littéraires, du moins, pour ce que j'en ai compris. L'essai sur Mozart est également désarmant... Bon, on trouvera quelques essais "abordable" avec une culture correcte, mais dans l'ensemble c'est assez obscur.
 


4e de couverture
:
Le libertinage selon Sade, Casanova et la marquise de Merteuil, l'ironie et la plume acérée de Voltaire, Montesquieu, Marivaux ou Saint-Simon, le génie de Mozart et de Haydn, le charme et le mystère des toiles de Fragonard... Tous ces personnages aux vies mouvementées ont marqué de leur sceau un XVIIIe siècle flamboyant, soleil de la vraie Révolution française. 

Extrait : 
Apologie de la marquise de Merteuil. 

Peut-être Laclos ne serait-il pas autrement étonné de voir ses Liaisons représentées au cinéma en anglais, et de déchiffrer sur les lèvres de la marquise de Merteuil glissée dans la belle, bleue, intelligente et un peu massive Glenn Close le mot war (entendez ouarrr!) adressé à Valmont. On s'en souvient: il s'agit de la lettre 153. La marquise renvoie son ultimatum au vicomte avec une seule annotation: Hé bien! la guerre. Tout le livre est composé pour en arriver à ce hé bien joyeux, mortel et intraduisible. "Livre essentiellement français", écrivait Baudelaire en 1856 (Tiens, l'année de naissance de Freud). Et encore: "les livres libertins commentent donc et expliquent la révolution." Il serait énorme que le bicentenaire de la Révolution française se cristallise dans cette résurrection sur un grand écran de Laclos, et que l'étranger s'en occuppe mieux que nous-mêmes.
  



Commenter cet article