Et puis après... ***

Publié le 13 Avril 2007

811713679-small.jpgEt puis après... de Françoise Dorin

Genre Roman
Lieu et époque: Waterloo, Paris, époque actuelle

Un roman un peu alambiqué. Que tout soit toujours possible, ok, mais c'est un peu trop de coincidences pour moi. Que les gens soient tellement liés par le hasard, ça ne fait pas naturel je trouve. Remarquez, pour le reste, c'est assez drôle, et puis c'est plein de vie. Sympathique donc, si on gobe les quelques coïncidences en trop.

4e de couverture
Epouse exemplaire d'un macho séduisant, Agnès quitte son mari après trente ans de bons et loyaux services. Elle devient romancière et pense avoir trouvé le bonheur dans les bras de son éditeur. Mais... coup du sort, ce dernier disparaît dans un accident, le jour même où le mari d'Aline, son amie d'enfance, rend l'âme, lui, au milieu d'un nirvana amoureux. Par chance pour Agnès et Aline, leurs deux épreuves sont allégées par cette double révélation post mortem : leurs chers défunts, qu'elles croyaient vertueux, étaient en vérité de fieffés hypocrites. Et puis après ? La colère efface le chagrin. La déception mène à l'oubli. Et l'oubli, lui, mène forcément aux chemins de la vie... où tout est toujours possible, comme d'habitude.

Extrait:
Vendredi soir.
Je rentre en Belgique. Dans un chez moi qui est un chez nous. Depuis deux ans déjà. Depuis deux ans seulement.
Dominique vient de me déposer devant la gare du Nord. Il ne pouvait pas m'accompagner. Il devait aller en Italie voir sa mère... sans doute pour la dernière fois. Il était triste à cause de cela. Moi, j'étais triste parce qu'il l'était. Mais pas profondément : c'est touchant, c'est rassurant, un grand garçon de quarante-six ans, bouleversé parce qu'il va devenir orphelin.
Je monte dans le train. Je m'installe à ma place. J'en photographie le numéro : 55. Clic-clac :'Mon âge! ' Clic-clac ! 'Avant Dominique, je n'y aurais pas pensé! ' Par bonheur, le hasard éradique ma promesse de morosité : il a placé en face de moi une femme que je ne connais pas et que je souhaitais vivement rencontrer [... ]
-Excusez-moi de vous déranger, Madame, vous êtres bien Françoise Dorin?
Commenter cet article