De Mickaël Hers 

disponible en DVD 

Au milieu de l'été, Sasha, 30 ans, décède soudainement. Alors qu'ils se connaissent peu, son compagnon Lawrence et sa sœur Zoé se rapprochent. Ils partagent comme ils peuvent la peine et le poids de l'absence, entre Berlin, Paris et New York. Trois étés, trois villes, le temps de leur retour à la lumière, portés par le souvenir de celle qu'ils ont aimée.

 

Tout commence par une mort subite, imprévisible, inévitable et par conséquent incompréhensible. C'est autour de cette fille, soeur et compagne disparue - ou plutôt autour de son absence - que va se construire Ce sentiment de l'été, explorant avec une grande délicatesse le thème du deuil, et la reconstruction fragile d'un bonheur qui ne sera plus jamais tout à fait le même.

Rapidement, deux personnages se dégagent : il s'agit de Lawrence et de Zoé, respectivement compagnon et soeur de la défunte. Dans leur douleur, ces deux-là semblent se comprendre mieux que quiconque et sans doute est-ce pour cela qu'ils s'évitent, chacun rappelant trop à l'autre le vide laissé par l'absente. Peu à peu, été après été, leur relation va se teinter d'une complicité de plus en plus ambiguë à chacune de leurs retrouvailles. 

A l'écran, Anders Danielsen Lie et Judith Chemla incarnent ces deux personnages reprenant goût à la vie. Lui, d'une subtilité étonnamment touchante, elle, avec cette force teintée d'une fraîcheur presque enfantine. De Berlin à New-York, en passant par Paris, le réalisateur baigne ses personnages dans des atmosphères apaisantes, presque nostalgiques, portées par une bande originale envoûtante. Ici, les villes ne sont pas des lieux dévorant les hommes dans leur solitude,  mais des cocons qui se teintent des couleurs du soleil couchant ou des lueurs magiques de la nuit pour mieux appeler à la vie. 

Avec une tendresse infinie, le réalisateur nous entraîne aux côtés de Lawrence et Zoé dans un long et douloureux cheminement, triste et magnifique à la fois. Sans voyeurisme ni complaisance, le spectateur s'attache à ces personnages si touchants, si maladroits, si profondément humains, tout simplement. Et si le film laisse un sentiment d'inachevé, c'est peut-être tant mieux : chacun pourra ainsi imaginer le chemin que ces deux coeurs finiront par emprunter pour atteindre la paix qu'ils méritent. 

La note tout à fait subjective qui n'engage que moi : 4/5

ACHETER 
DVD
la musique du film
Retour à l'accueil