Alex Ramirès fait sa crise

Publié le 24 Novembre 2015

Au théâtre des Blancs Manteaux

du au 9 octobre au 30 décembre 2015

prolongations jusqu'au 2 avril 2016

 

Cela faisait longtemps que je n'étais pas allée voir un one-man-show, c'est pourquoi j'ai accepté avec plaisir une invitation à découvrir le spectacle d'Alex Ramirès. 

 

Dès les premières minutes, l'humoriste réussit à embarquer le public derrière lui avec une énergie incroyable, que l'on pourrait croire un peu forcée au départ, mais qui devient rapidement extrêmement communicative. Tour à tour prenant directement le public à témoin, ou incarnant des personnages, il nous emmène chez sa nounou tendrement alcoolique, dans la jungle de la cour d'école ou dans les coulisses de la téléréalité, nous parle de super-héros, de comédies romantiques et de sa peur de vieillir.

 

Sans jamais verser sans l'humour scabreux et tissant une complicité étroite avec le public, il brosse des portraits qui, parfois, finissent par nous ressembler :  des textes et une interprétation sans bête méchanceté, où l'on sent toujours poindre, malgré tout, une certaine bienveillance. C'est drôle, énergique, on y rit des autres - un peu de soi-même, aussi - de quoi passer une excellente soirée en compagnie d'un artiste chaleureux. Si vous voulez mon avis - ce qui est sans doute un peu le cas si vous avez pris le temps de lire ces lignes jusqu'ici - allez donc voir Alex Ramirès pendant qu'il joue encore dans une salle à taille humaine, car sans aucun doute, c'est là que se révèle le mieux son jeu, mais également toute l'étendue de ce contact privilégié qu'il arrive à nouer avec son public, le temps d'un spectacle. 

 

La note tout à fait subjective et qui n'engage que moi : 4,5/5

 

Commenter cet article