Seul sur Mars

Publié le 20 Octobre 2015

De Ridley Scott

 

Lors d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney est laissé pour mort par ses coéquipiers, une tempête les ayant obligés à décoller en urgence. Mais Mark a survécu et il est désormais seul, sans moyen de repartir, sur une planète hostile. Il va devoir faire appel à son intelligence et son ingéniosité pour tenter de survivre et trouver un moyen de contacter la Terre. A 225 millions de kilomètres, la NASA et des scientifiques du monde entier travaillent sans relâche pour le sauver...

 

 

 

 

Depuis quelques années les films se déroulant dans l'espace ont la côte, ou peut-être bénéficient-ils seulement d'une plus grande visibilité auprès du grand public. Allez donc savoir ! En tout cas, les films à succès se succèdent : Gravity, Interstellar, et maintenant Seul sur Mars, dont le score au box-office américain, avant même sa sortie dans le reste du monde, laissait déjà présager du meilleur dans la suite de son parcours. Par un hasard plutôt amusant, je découvre ce film le jour-même où la NASA annonce avoir découvert de l'eau sur Mars... tout un symbole !

 

Ici, l'action ne s'intéresse pas à l'espace lui-même, mais à la survie d'un homme dans un milieu hostile, et aux efforts des équipes restées sur Terre pour le sauver. Ce double point de vue permet au film de mettre en avant les enjeux médiatiques et politiques de cette histoire, mais surtout ses aspects techniques et scientifiques. Car ce qui m'a marqué, c'est la façon dont il ne cède jamais à la panique, jamais à cette sorte d'hystérie qui frappe parfois les films lorsque les choses dégénèrent et que la vie est en danger : ici les personnages, sans pour autant être dénués d'empathie ou de peur, réfléchissent toujours de façon rationnelle.

 

Loin de tomber dans les poncifs habituels du genre, le réalisateur réussit à maintenir une tension palpable - de quoi partager les incertitudes des personnages - sans pour autant que tout tourne systématiquement à la catastrophe. Et si, dès le début, le spectateur est pris dans les enjeux vitaux de la situation, l'ensemble est rapidement allégé par le ton du survivant, au travers de son journal de bord, enregistré face caméra, et fait état, jour après jour de sa vie quotidienne, parfois avec inquiétude, souvent avec humour, et toujours avec pragmatisme.

 

C'est cette combinaison habile d'humour, d'émotion et de science-fiction qui fait de Seul sur Mars une aventure humaine extrêmement convaincante, et sans doute la plus accessible de toutes les fictions spatiales de ces dernières années.

 

La note tout à fait subjective et qui n'engage que moi : 4,5/5

Commenter cet article

LoloPunto 10/11/2015 17:44

Moi aussi j'ai beaucoup aimé le fait que l'homme, le botaniste, tente de sauver sa vie sans céder à la panique. J'ai trouvé Damon touchant. J'avais aussi adoré Interstellar, dont le héros était aussi parfaitement "humain", malgré un film plus lourd...

Akialam 10/11/2015 17:49

c'est vrai que l'ambiance est radicalement différente :) et dire que le film spatial était il n'y a pas si longtemps relégué considéré comme une sorte de sous-genre réservé aux plus passionnés et qu'on en voit fleurir tous les ans des excellents que le grand public s'approprie, quel changement :)