Les 4 fantastiques

Publié le 5 Août 2015

De Josh Trank

 

Depuis qu'il est enfant, le jeune Red Richards a un rêve : être le premier homme se télétransporter. Aidé de son ami Ben Grimm, il conçoit au fil des ans un prototype qui lui permet de faire aller et venir des objets. Il est alors répéré par un scientifique qui perçoit son potentiel et intègre une équipe de chercheurs travaillant sur le voyage transdimensionnel. Suite à un accident, quatre d'entre eux acquièrent alors des pouvoirs incroyables...

 

 

 

 

 

 

Les super-héros sont décidément à la mode, et les prévisions des sorties des différents studios laissent penser que ce n'est pas fini, de quoi craindre qu'ils ne préfèrent la quantité à la qualité. Disons que je ne demande qu'à me tromper ! 

 

Après les deux opus des années 2005 et 2007, dirigés par Tim Story, et plutôt mauvais, la 20th century Fox a décidé de relancer la franchise avec un reboot plus sombre, comme il est de mise depuis le succès du Batman de Christopher Nolan, et ce qui, en toute honnêteté, n'était pas pour me déplaire. 

 

C'est donc résolument vers la science-fiction que s'oriente dès le départ le film, en remplaçant le voyage dans l'espace originel par le voyage transdimensionnel. N'étant pas une lectrice du comics, j'avoue avoir été moins sensible que certains fans aux changements opérés dans l'histoire. Pour être tout à fait honnête, je suis plutôt pour certains changements - la publication du comics ayant débuté dans les années 60, il est évident que la société, les mentalités et la vision du futur ont logiquement évolués, et il faut donc faire en tenir compte. D'autant qu'une partie de ces changements trouvent une justification crédible dans le déroulement de l'histoire. D'ailleurs, j'ai plutôt apprécié les trois premiers quarts du film, où le réalisateur prend le temps d'installer les différents personnages, et de mettre en place l'univers scientifique. Jugé trop long par de nombreux chroniqueurs, ce temps m'a semblé judicieux, et propice à créer une solide base de crédibilité. On comprend les motivations des personnages, et même de Doom / Fatalis qui apparaît comme un scientifique brillant et borderline, mais dont les motivations initiales deviennent compréhensibles, du moins dans toute la première partie. Le film flirte même de façon intéressante avec le film d'horreur - heureusement sans trop insister - lorsque, après l'accident, le jeune Red se réveille ensanglanté dans un décor de cauchemar : l'un de ses camarades semble avoir brûlé vif,  tandis que l'autre, écrasé sous un amas de roches appelle désespérément à l'aide. 

 

Malheureusement, la dernière partie du film semble faite à la va vite, comme s'il avait fallu le terminer à tout prix dans le temps imparti, et donner au spectateur ce qu'il était venu chercher : un film de super-héros. Sauf que l'ambiance posée au départ était très différente, et que la transition se fait très mal. Le spectateur peine à comprendre les motivations du méchant, qui agit presque gratuitement, l'esprit d'équipe fait défaut aux 4 héros, et le combat final apparaît bâclé, sans intérêt - si ce n'est d'affirmer qu'il y en a bien eu un - laissant le spectateur indifférent dans le meilleur des cas. En ce qui me concerne, je me serais très bien contentée d'un film sans combat final qui aurait pu se terminer sur le réveil du méchant, et d'un deuxième volet développent davantage sa psychologie, et les relations entre les personnages pour donner lieu à un vrai esprit d'équipe et à un affrontement digne de ce nom. Mais j'ai bien conscience que ce schéma n'aurait pas convenu à la majorité du public-cible. 

 

 

Avec la polémique qui enfle ces derniers jours autour du ce film - le réalisateur accusant le studio d'avoir défiguré son travail, qui l'accuse en retour d'avoir mal travaillé au départ - et les résultats catastrophiques au box office, il est difficile de savoir si un deuxième opus verra effectivement le jour avec Bryan Singer, comme il se chuchotait depuis plusieurs semaines. 

 

 

La note tout à fait subjective et qui n'engage que moi : 2,5/5 

 

Commenter cet article