Gone girl **

Publié le 1 Octobre 2014

De David Fincher

 

 

A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?

 

 

 

 

 

Voici, disons-le d'emblée, l'une de mes autres grandes déceptions cinématographiques de ces derniers mois, encensée par de nombreux autres blogueurs. Que voulez-vous, on ne peut pas toujours être d'accord ! 

 

Peut-être le fait d'avoir lu le livre - les Apparences - il y a quelques années, et donc d'en connaître la clé, m'a-t-il empêché d'en profiter pleinement ? Il me semble pourtant, sans vouloir dévoiler le dénouement, que l'essentiel de l'oeuvre reposait sur l'ambiguïté du mari, et la manipulation du lecteur. Ici, je n'ai pas retrouvé ces deux éléments fondateurs, et, dès le départ, là où tout n'était que mystère dans l'ouvrage, peu de certitudes sont, à mon sens, bouleversées dans le film. Difficile d'en dire plus sans révéler des éléments essentiels qui pourraient gâcher la surprise d'un futur spectateur - oui, nous n'avons pas le verbe spoiler dans notre jolie langue française, ce qui complique la tâche, et rallonge singulièrement ma phrase.

 

Paradoxalement, je n'ai retrouvé l'ambiance vénéneuse de l'ouvrage que dans la dernière partie du film, ajoutée par la scénariste - auteur du roman - et inexistante dans le livre. En définitive, même si l'ensemble est porté par de très bons acteurs, et si les ajouts finaux sont très réussis, ils n'ont pas pu rattraper le film à mes yeux :  j'avais déjà décroché. 

Commenter cet article