Il était une fois l'Orient-Express *****

Publié le 24 Août 2014

A l'institut du monde arabe

jusqu'au 31 août 

 

C'est en tordant, une fois encore le cou à mes bonnes résolutions - celles d'arrêter de voir les expositions au dernier moment - que j'ai couru voir Il était une fois l'Orient express.

 

Le titre, à lui seul, évoque les contes - on pense aux Mille et Une Nuits bien sûr -  et rappelle à quel point ce train a fait rêver des générations de voyageurs. L'Orient-Express, pour moi, représente l'essence même du voyage, à l'époque où la télévision n'existait pas, et où l'ailleurs avait encore du sens, un train luxueux où les voyageurs rivalisaient d'élégance, bref, un mythe. C'est donc avec une certaine émotion que je monte à bord des trois wagons exposés sur le parvis de l'Institut du Monde arabe. Ne résistant pas à mon tempérament un brin romanesque, je m'imagine au milieu des années folles, coiffée d'un chapeau cloche et d'une robe flottant au vent, embarquant pour un voyage unique vers cet Orient rêvé.

 

Ce premier wagon rend hommage aux personnalités qui ont emprunté ce train. Artistes, espions, diplomates, écrivains, ils sont tous là : de Joséphine Baker à Baden Powell, en passant par Pierre Loti ou Asmahan, tous semblent avoir quitté leur siège à l'instant. La mise en scène d'objets rappelant ces personnalités, gants, chapeaux, machines à écrire, fumes-cigarettes, journaux d'époque annonçant de grand évènements nous rappelle à quel point ce train a vu défiler l'histoire et les hommes qui l'ont faite.

 

           

           

 

Quant au deuxième wagon, il s'agit d'un wagon-lit, et si les cabines semblent moins luxueuses, c'est sans doute une affaire de place, car il est évident qu'elles sont très bien agencées, avec un espace cabine, un espace toilette et un espace nuit. Au détour d'une porte entrouverte, nous découvrons un cadavre lardé de coups de couteau, qui nous entraîne vers le troisième wagon, consacré à Agatha Christie, et à son roman Le crime de l'Orient-Express. Car la grande dame du roman policier a arpenté les coursives du célèbre train, lorsqu'elle accompagnait son époux archéologue jusque sur les sites du Moyen-Orient. Quelques objets rappellent ses sources d'inspiration, notamment des coupures de journaux annonçant l'Orient-Express bloqué par la neige en 1929 et une photo du bébé de Charles Lindbergh, enlevé puis retrouvé mort en 1932. Et si la voiture bar que nous traversons en dernier n'est pas celle qui a servi à tourner le film de 1974, elle a été reconstituée à l'identique pour servir de décor à l'intrigue. Nous y découvrons également de très beaux décors de bouquets en cristal et poudre d'argent signée René Lalique, également créateur des fabuleuses Naïades aperçues dans le premier wagon.

 

          

 

Nous quittons ensuite le parvis pour poursuivre l'exposition entre les murs de l'Institut. Des informations sur la création de ce train mythique, sur les premiers voyages organisés - pour les voyageurs pouvant s'offrir un tel luxe - et les souvenirs parfois très  surprenants qu'ils en ramenaient, comme ces photos en tenues autochtones réalisées en studio. On évoque également l'écart entre l'Orient fantasmé, véhiculé par aventuriers, écrivains et peintres de la fin du 19e siècle, et la réalité - forcément toute relative pour ceux qui logeaient en hôtels de luxe - que découvrent alors les voyageurs. C'est également l'occasion d'admirer des affiches d'époque, de vrais tableaux dont la fonction publicitaire ne parvient pas à gâcher le charme.

 

Une très belle exposition, qui fait revivre la fascination qu'a exercé l'Orient sur les voyageurs de la toute fin du 19e siècle et du début du 20e, rejaillissant sur la renommée de ce train mythique permettant de relier Paris à Istanbul, mais pas seulement. Un fabuleux bond dans le temps, et de quoi donner de belles envies de voyage. Pas de ceux qui se font d'un saut de puce, en avion, mais de ceux qui laissent le temps de penser, d'écrire, de rêver.

 

 

Commenter cet article

FT 31/08/2014 07:42

Bonjour Akialam. Exposition remarquable, passionnante et dépaysante! Ma chérie étant fan d'Hercule Poirot, nous ne pouvions rater ce petit voyage dans le temps. La grosse locomotive m'a vraiment impressionné, et l'aménagement des compartiments me renvoie à la magie de ces voyages d'antan, moi qui ai connu le temps pas si lointain où Paris-Cannes se faisait en train couchettes sur 12 heures! Dernier jour de l'expo aujourd'hui, je suis curieux de voir les engins convoqués pour déplacer et transporter ces mastodontes chargés de rêves et d'histoires, de drames mais aussi de tout l'exotisme et le romantisme des longs voyages. Est-ce que nos TGV feront encore rêver nos petits enfants dans quelques décennies, pourquoi pas après tout? Bon dimanche ensoleillé Akialam!

akialam 31/08/2014 21:23

Ce qui fait rêver, ce n'est pas seulement le moyen de transport, mais le voyage surtout ! Tout moyen de transport peut donc faire rêver en ceci qu'il invite au voyage :)