J'arrête de râler ! ****

Publié le 18 Juillet 2014

De Christine Lewicki
Aux éditions Eyrolles


Une personne râle en moyenne 15 à 30 fois par jour...Si cela devient vite insupportable pour son entourage, c'est finalement tout aussi énervant pour soi-même : frustrant, agaçant, fatigant...
Mais comment faire ? Christine Lewicki a fait le pari d'arrêter de râler pendant 21 jours consécutifs ! Elle vous propose de relever le défi et de tourner le dos à ces frustrations, ces énervements et cette fatigue que la râlerie engendre, pour retrouver sérénité, calme et plaisir de vivre !


 

Quand je suis rentrée à la maison avec cet ouvrage, Monsieur Lalune était hilare : en bonne française, il semblerait que j’aie appris à râler tellement souvent que je ne m’en rendrais même plus compte.

Ce livre raconte surtout l’expérience de l’auteur - française expatriée aux Etats-Unis - qui a décidé un jour d’arrêter de râler pendant 21 jours, à la manière des méthodes qui fleurissent Outre-Atlantique, sur le constat scientifique suivant : il faut entre 21 et 28 jours pour se débarrasser d’une habitude et donc modifier son comportement.

Elle nous livre également les textes qui l’ont fait réfléchir, les étapes de sa démarche, les écueils qu’elle a rencontrés, ainsi que sa sérénité grandissante à mesure qu’elle sentait ce changement de mentalité s’opérer en elle et dans sa relation avec ses proches. Elle nous donne également ses conseils, comme celui de noter les situations qui nous font râler pour les éviter, ou quelques rêgles sur la communication non violente. Mais le geste le plus emblématique de sa méthode, c’est le port d’un bracelet élastique, que l’on change de poignet à chaque fois que l’on s’entend râler, histoire de matérialiser la prise de conscience… et la remise à zéro du compteur, car rappelez-vous, le but est bien de ne pas râler - du tout - pendant 21 jours consécutifs.

Comme pour la plupart des ouvrages  de développement personnel, je pense que tout n’est pas forcément à prendre au pied de la lettre, tant les situations sont différentes, mais il est sans aucun doute intéressant d’en garder l’esprit. De nombreuses constatations de l’auteur sont aussi les miennes, et après tout, si  ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas faire de mal.

 

C’est pourquoi j’ai commencé par me fabriquer un discret petit bracelet élastique pour tenter à mon tour l’expérience et savoir, tout d’abord, si je râlais beaucoup. En toute honnêteté, j’avoue avoir quelque peu biaisé les premières constatations, car j’ai décidé de commencer l’aventure durant ma semaine de vacances. Je me suis dit que pour commencer, ce serait moins compliqué.

 

Et après 2 semaines et demie de ce régime-là, je constate que le bracelet ne voyage finalement pas autant que je l'avais craint d’un poignet à l’autre. Un bon signe, même si le retour au travail a – forcément – quelque peu accéléré son rythme dans un premier temps.  Lorsqu’on commence ce que l’on pourrait appeler ce défi, la majorité des questions que l’on se pose portent sur la différence entre râler et exprimer une opinion négative. La différence, si j’ai bien compris, résiderait surtout dans la réflexion que l’on amorcerait derrière pour faire évoluer les choses : lorsqu’on râle c’est « pour le plaisir » et non dans l’idée d’agir.

 

Bref, un ouvrage intéressant, parfois un peu répétitif, mais qui peut  vous donner l’envie de tenter l’aventure. De mon côté, je ne sais pas encore si j’ai vraiment envie d’aller jusqu’au bout des 21 jours. Car ce qui me semble le plus important, c’est surtout la prise de conscience et la réflexion  qu’elle apporte derrière, ainsi que les changements éventuels que l’on décide de mettre en place. Tenir 21 jours est plus, à mon sens, la « cerise sur le gâteau ».  

 

 

C’est alors que je me suis dit : et si j’arrêtais de râler, tout simplement ?

Oui, je sais, j’ai écrit «tout simplement», mais je sais à présent que j’écris ces lignes après avoir réalisé le challenge que ce n’est pas si simple. L’idée est surtout de choisir entre philosopher sur le bonheur, lire plein de livres et aller à des séminaires sur la question, ou bien de décider aujourd’hui de commencer à faire
tout ce que l’on peut pour le vivre, en commençant par s’engager à ne plus râler du tout pendant 21 jours consécutifs !! Et ensuite, voir ce qui se passe !

Aux États-Unis, où je vis depuis dix ans, ce genre de challenge en 21
jours pour changer une habitude de vie (perdre du poids, s’astreindre à un sport, arrêter de fumer...) est assez courant, et je me suis dit «pourquoi pas?». Je vous donne plus de détails sur le «pourquoi» des 21 jours dans la troisième partie de ce livre.

Quand j’ai commencé mon challenge, je n’avais aucune idée d’à quel point je râlais (ça a été un choc quand je m’en suis rendu compte !!!), ni de ce que son accomplissement allait m’apporter.

Commenter cet article