Sous les jupes des filles ***

Publié le 19 Juin 2014

D'Audrey Dana

 

 

Paris. 28 premiers jours du printemps. 11 femmes.Mères de famille, femmes d'affaires, copines, maîtresses ou épouses...Toutes représentent une facette de la femme d'aujourd'hui : Complexes, joyeuses, complexées, explosives, insolentes, surprenantes... Bref, un être paradoxal, totalement déboussolé, définitivement vivant, FEMMES tout simplement !
 
 
 
 
 

On parlait de clichés sur les femmes il y a quelques jours ici. Eh bien ! Avec ce film, attendez-vous à les voir pétarder et ce, dès les premières minutes du film. On trouve ici des filles, loin d'être parfaites, qui assument leurs désirs, qui aiment ou haissent sans mesure, jurent, boivent, se cherchent, se cachent ou se mentent, mais toujours loin de l'image d'Epinal de la mère/amante/épouse. Car si le prince charmant n'existe pas, la princesse qui va avec, non plus !

 

Un film choral comme on les aime, auquel certains reprocheront sans doute un manque d'élégance et un trop plein de vulgarité. Mais voilà, les filles aussi peuvent être comme ça, et ce film s'approche ainsi davantage de la réalité que d'autres, plus lisses.

 

Un film parfois inégal, écueil fréquent du film choral, mais où l'on démolit méthodiquement, et avec une certaine jubilation, les stéréotypes de genre. Et rien que pour cela, il mérite le coup d'oeil !

Commenter cet article