Un été à Osage county ****

Publié le 14 Février 2014

De John Wells

 

 

 

En famille, on se soutient. En famille, on se déchire... suite à la disparition de leur père, les trois filles Weston se retrouvent après plusieurs années de séparation, dans leur maison familiale. C’est là qu’elles sont à nouveau réunies avec la mère paranoïaque et lunatique qui les a élevées. A cette occasion, des secrets et des rancœurs trop longtemps gardés vont brusquement refaire surface…

 

 

 

 

Il est des sujets difficiles. De ceux qu'on n'a pas forcément envie de voir au cinéma. De ceux qui peuvent facilement verser dans le mélo ou l'ennuyeuse contemplativité. Mais on se laisse pourtant tenter, pour le casting : Meryl Streep et Julie Roberts nommées aux Oscars pour ces rôles, Chris Cooper, Ewan McGregor, ou Benedict Cumberbatch, que l'on sait toujours impeccables.

 

A Osage County, il règne une ambiance morbide - la mère est malade - d'où l'amour semble avoir disparu. Le lieu même, au fin fond de l'Amérique, est aussi désolé que possible, et il y règne une grande misère affective : celle des parents, des grands-parents, de la famille, amoureuse, même. Seuls quelques personnages, d'ailleurs méprisés, sont encore capables de compassion. Mais ceux-là mêmes finiront broyés par cet environnement toxique auquel il leur est impossible d'échapper.

 

Porté par un casting exceptionnel, le film suinte le désespoir et les non-dits. Il nous plonge au coeur d'une famille disloquée, incapable de créer d'autres liens que ceux de la culpabilité. Fort et profondément pessimiste.

 

Commenter cet article