Le Hobbit : la désolation de Smaug ***

Publié le 4 Janvier 2014

De Peter Jackson

 

 

Les nains, Thorin, Bilbo et Gandalf ont passé les Montagnes de Brume et son lac souterrain, Bilbo s'est emparé de l'anneau. La petite bande va demander de l'aide auprès d'un étranger très puissant avant de s'engouffrer vers les dangers de la forêt de Mirkwood, sans leur magicien, Gandalf le Gris, occupé à autre chose.

 

 

 

 

 

 

Après le premier opus, l'an dernier, voici le deuxième volet de la trilogie adaptée du  Hobbit de Tolkien. Sans surprise, il réunit donc les mêmes qualités et défauts que le précédent : une très grande qualité d'image, un rythme soutenu, et des personnages stéréotypés. Ce dernier point tombe cependant rapidement dans l'oubli face à l'arrivée de nouveaux personnages : les elfes d'une part, les hommes de Bourg-du-Lac d'autre part, et surtout Smaug.

 

Ce dernier est très crédible, ce qui n'est pas une mince affaire si l'on considère qu'il s'agit d'un dragon qui parle, tout de même. Dans le rôle, Benedict Cumberbatch, LE Sherlock du moment, qui livre en motion capture une interprétation très convaincante et nous offre, face à Martin Freeman, le plaisir de voir ce couple du petit écran réuni sur le grand ! 

 

L'épopée suit donc son cours, avec du rythme, des combats, et quelques sentiments destinés à humaniser l'ensemble mais sans doute superflus. Le ton général, plutôt léger d'Un Voyage Inattendu, s'assombrit considérablement, dès lors que la montagne est en vue. Et à vrai dire, ce n'est pas pour me déplaire.

 

On est loin de la maîtrise grandiose du Seigneur des Anneaux, mais il faut considérer que la difficulté est ici inverse puisque le Hobbit ne fait que 320 pages (référence : version poche française), contre les 1280 que compte l'intégrale du Seigneur des Anneaux, pour une durée de film équivalente.  Malgré tout, Peter Jackson réussit ici un deuxième opus très honorable, qui allie une certaine simplicité de scénario avec une réalisation qui tient ses promesses. La suite convaincante d'une histoire dont on attend la conclusion avec impatience l'an prochain !

Commenter cet article