Inconnu à cette adresse ****

Publié le 5 Décembre 2013

De Kressmann Taylor

Au théâtre Antoine

Mise en scène de Delphine de Malherbe

 

Je ne connaissais pas vraiment cette oeuvre, si ce n'est son thème de fond : la montée du nazisme. L'occasion se présentant, c'est avec curiosité que je me suis rendue à cette représentation, d'autant plus que les interprètes du moment, Eric Elmosnino et Jean-Pierre Darroussin m'inspiraient la plus grande confiance.

 

Ce soir là, la salle est remplie de collégiens. J'ai craint, un instant, que l'ensemble soit quelque peu dissipé, mais, au bout de quelques minutes à peine, le poids des mots et de la réalité historique qu'ils dessinent a suffi à captiver l'auditoire. Il faut dire que le propos est fort, et curieusement pas si manichéen qu'on pourrait l'imaginer de prime abord.

 

Ce qui est très intéressant, c'est que, la forme théâtrale nous oblige à écouter le discours raciste. Entendons-nous bien, je ne le soutiens certainement pas ! Je m'explique : dans un monde ou la langue de bois et les euphémismes sont rois, et où chacun aseptise ses paroles par calcul politique ou sous la pression médiatique, entendre ce type de discours est nécessaire afin de l'identifier et de prendre conscience de son côté violent, odieux et inacceptable. En faire soi-même l'expérience au travers d'un texte comme celui-ci vaut toutes les leçons de morale.

 

L'autre intérêt de cette pièce est sa dimension historique : il rappelle comment, peu à peu, l'idéologie nazie s'est implantée puis développée. A cet égard, il me rappelle l'ouvrage Dans le jardin de la bête, qui montrait  très bien les mécanismes grâce auxquels ce régime de terreur s'est installé, sans que personne, ou presque, n'en mesure réellement l'ampleur. Mais comment, à l'époque, imaginer qu'une telle horreur soit possible ? Dans Inconnu à cette adresse, il y a tout cela à la fois, de l'espoir de renaissance de la fierté allemande jusqu'à la prise de conscience de la mainmise nazie sur le pays.

 

Ce qui sonne, au départ, comme un affrontement purement intellectuel entre les deux protagonistes devient cruellement réel au travers du destin d'une femme, soeur de l'un et dont l'autre a secrètement été amoureux. Vient alors l'heure des choix. C'est alors que l'auteur place le spectateur face au même dilemme que ses personnages : du point de vue moral, théorique, il est facile de les juger, mais la vraie question, et la plus dérangeante sans aucun doute, est bien là:  Et moi, à leur place, qu'aurais-je fait ?

 

Un spectacle en forme de coup de poing où l'on contemple la grande histoire à l'oeuvre au travers de deux individus, chacun d'un côté de la barrière. Edifiant. Terrible.

Commenter cet article