20 clés pour comprendre le chamanisme ***

Publié le 5 Juillet 2013

Ouvrage collectif

Aux éditions Albin Michel

 

 

Religion primordiale, philosophie de l’harmonie avec la nature et des réalités extrasensorielles, le chamanisme fascine notre modernité à la recherche d’authenticité. Présent aussi bien en Amérique précolombienne qu’en Sibérie ou en Afrique, il donne lieu à un vaste éventail de manifestations culturelles et spirituelles dont le présent ouvrage offre un tour d’horizon complet.
 

 

 

 

 

 

 

C'est grâce à l'opération Masse Critique  de Babélio que j'ai eu la chance de recevoir cet ouvrage. A vrai dire, je nourrissais pas mal de fantasmes à l'égard du chamanisme, que, comme de nombreux européens, j'associais surtout à sa version New Age. Il est sans aucun doute logique que l'on fasse une relation entre ces croyances et  l'écologie par exemple, car certaines idées - l'inclusion de l'homme dans son environnement et les répercussions de ses actes sur cet environnement - peuvent les rattacher. Néanmoins, les croyances chamaniques sont bien plus complexes, bien plus diverses que la simple idée de respect de la nature.

 

Cet ouvrage permet en quelque sorte de remettre les pendules à l'heure. Toutefois, il est quelques choses que j'aurais à reprocher à cet ouvrage : tout d'abord, le titre pourrait laisser penser que cet ouvrage est d'un abord simple, et qu'il s'adresse à des gens ne connaissant rien de ce sujet. A vrai dire, je le trouve un peu trop complexe pour des débutants, car on voit bien que ces articles ont été rédigés par des spécialistes qui ont du mal à vulgariser. Tout l'enjeu de ce type d'ouvrages réside d'ailleurs là : faut-il simplifier et risquer de faire des raccourcis, ou rester le plus proche possible des connaissances scientifique, quitte à laisser dans l'esprit du lecteur une impression de flou qui va à l'encontre du but affiché de l'ouvrage ? Il n'y a pas de bonne réponse, j'imagine, à cette question...

 

La deuxième critique que je formulerais tient à sa structure : en effet, le fait de faire intervenir des spécialistes dans chaque question posée altère l'unité de l'ouvrage, et par extension, sa cohérence. En effet, au lieu d'un seul et même auteur qui suit une logique explicative de bout en bout, on se trouve face à un patchwork qui provoque explications doublées, différences de style (et donc de niveau de vulgarisation, avec l'emploi de notions dont le sens n'est pas forcément connu de tous les lecteurs). En résumé, certains articles sont plus ou moins clairs et faciles à lire que d'autres.

 

 A vrai dire, si cet ouvrage est très intéressant dans son contenu, je ne suis pas sûre d'avoir retenu grand chose, si ce n'est les deux éléments suivants. D'une part, le chamanisme n'est pas une croyance seule, mais une conception entière du monde avec ses mécanismes spécifiques. Deuxièmement, on ne devrait pas parler du chamanisme, mais des chamanismes, tant ces pratiques et ces croyances varient d'un peuple à l'autre.

 

Un ouvrage intéressant dans son ensemble, mais pas aussi limpide que son titre ne le laisserait suggérer.

 

 

Il existe autant de "systèmes chamaniques" animistes que de sociétés chamanistes animistes. Depuis le paléolithique, celles-ci se sont développées aussi bien en Afrique, en Australie, en Amérique du Nord, en Asie qu'au Moyen-Orient. Malgré la grande diversité de ses déclinaisons, le chamanisme-animisme se présente invariablement comme une religion de la nature. Mais peut-il être aujourd'hui considéré comme une survivance des pratiques protoreligieuses de l'homme préhistorique?

Une multitude de cultes, différents par leur expression mais ressemblants par leurs aspirations, auraient pu coexister aux époques préhistoriques. Les "religions premières", malgré leur diversité, auraient présenté quelques fortes analogies les distinguant profondément des religions ultérieures. Les faibles moyens de communication terrestres et maritime rendent, en effet, improbable l'existence d'une foi unique sur la planète.

Commenter cet article

ARTURO 02/12/2013 19:21

Hello
Je trouve la critique appréciable.
Mais effectivement, il me parait difficile d'aborder de l'ethnologie sans faire appel aux spécialistes. La pluralité du sujet explique la pluralité des réponses. C'est de manière générale le cas quand on veut faire un petit tour (pour ne pas dire riquiqui) d'un sujet vaste.
Bon, après c'est corsé à lire et ça renvoie à 400 ouvrages de références qu'il faudrait avoir lu pour bien cerner le sujet (c'est dur d'être savant), donc il vaut mieux se faire un bon resto pour le prix du bouquin.
En vous souhaitant une bonne lecture

akialam 03/12/2013 21:40

Disons qu'il faut tout de même commencer à apprendre par un bout ! Alors, un ouvrage plus simple est souvent nécessaire pour "mettre un pied" dans le sujet.